Italie : les missionnaires martyrs à l'honneur

En particulier ceux du Nigéria et de Syrie

Rome, (Zenit.org) | 1041 clics

Une veillée de prière diocésaine, dédiée à tous les missionnaires martyrs, se déroulera dimanche 3 mars, à 19h30, dans la basilique Saint Laurent-hors-les-murs, à Rome.

Cette initiative en l’honneur des chrétiens qui ont donné leur vie pour le service de l’évangile, avec une attention particulière à ceux du Nigéria et de Syrie, sera présidée par Mgr Matteo Zuppi, responsable du Centre diocésain pour la coopération missionnaire entre les Eglises.

Au cours de la cérémonie, le missel de Mgr Oscar Arnulfo Romero, archevêque de San Salvador, tué il y a 33 ans, et le calice de don Andrea Santoro, prêtre fidei donum du diocèse de Rome, assassiné à Trabzon en Turquie en 2006, seront apportés en procession.

Douze délégués pastoraux, dont dix prêtres, ont été tués pendant l’année 2012 et au moins 105.000 chrétiens sont morts de mort violente l’année dernière à cause de leur foi en Jésus-Christ et pour le service de l’évangile, précise un communiqué du diocèse.

« Leur témoignage interpelle notre vie de foi et nous pousse à sortir à découvert et à être des hommes et des femmes authentiquement crédibles et fiables dans notre témoignage de la Parole et dans notre charité missionnaire », explique le P. Michele Caiafa, membre du Centre diocésain pour la coopération missionnaire entre les Eglises.

Et, ajoute-t-il, « le drame de la persécution et de la guerre est malheureusement d’une grande actualité. C’est précisément pour cette raison que, lors de la veillée de cette année, nous prierons tout particulièrement pour le Nigéria et la Syrie. La communauté nigériane sera présente et, si les conditions le permettent, nous aurons une liaison téléphonique avec certains chrétiens de Syrie qui vivent actuellement la tragédie de la guerre ».

En outre, la Journée de prière et de jeûne en mémoire des missionnaires martyrs sera célébrée le 24 mars prochain, jour anniversaire de l’assassinat de Mgr Romero.

Traduction d’Hélène Ginabat