Italie: S. Martinez présente « Dix places pour dix commandements »

Pour une évangélisation nouvelle et créative

| 981 clics

Salvatore Cernuzio

Traduction d'Océane Le Gall

ROME, mercredi 5 septembre 2012 (ZENIT.org) – Salvatore Martinez, président du mouvement italien du Renouveau dans l’Esprit, raconte les « coulisses » d’une grande initiative qui coïncide avec les 40 ans de la fondation du mouvement charismatique en Italie, à la veille de l’étape romaine de l’initiative « Dix places pour dix commandements » qui s’ouvrira samedi prochain, 8 septembre, à Rome, « Place du peuple ».

Zenit - Vous avez voulu que cet événement se passe non pas dans un lieu « fermé » comme une paroisse, mais dans un espace public. Pourquoi ce choix ?

Salvatore Martinez - La « place » est par définition un lieu de rencontre, où les gens discutent, réfléchissent, se promènent insouciant et où il arrive parfois aussi qu’ils se disputent. C’est un lieu plein de signification mais vide de contenu. Nous voulons lui donner du contenu, plus encore, suivre une vieille tradition grecque, en y faisant partager de hauts idéaux.

En effet, il n’existe pas de lieu plus amorphe que la place pour acquérir cette forme qu’elle arrive ensuite à prendre. L’église est un lieu tellement évident qu’elle n’aurait pu créer cet effet de surprise, cette dimension inédite et créative, et impliquer aussi ceux qui n’entrent pas dans les églises ou ne se sentent pas attirés par les thèmes religieux.

Nous allons donc dans un lieu neutre par définition, mais évocateur d’attitudes et de coutume qui, si elles  sont reliées à un Commandement, comme dans notre cas, peuvent donner à la « place » un visage original et laisser, pourquoi pas, à la ville un peu de son empreinte.

Le choix de faire monter sur le même podium cardinaux, évêques, acteurs, musiciens, familles et jeunes est intéressant …

Image et témoins! Un personnage célèbre qui prête son image engage sa notoriété, sa capacité à être écouté et pris en modèle. Il possède en lui la force des idées. Chez le témoin, c’est l’expérience qu’il a en lui qui fait sa force : il montre comment le commandement a réellement agi sur sa vie et ce que cela lui a apporté de bon d’y avoir adhéré.

Samedi soir à Rome, par exemple, nous parlerons de l’histoire de Chiara Corbella, cette jeune femme extraordinaire, décédée en juin dernier, qui avait renvoyé à plus tard les soins de son cancer pour donner la vie à son enfant. Dans ce cas-là nous aurons le témoignage d’une famille jeune, mais au fil des rencontres on entendra d’autres expériences fortes, le récit de vies authentiques, racontées par des jeunes, des personnes âgées et ainsi de suite.

En quoi cet événement est-il représentatif de l’esprit qui anime aujourd’hui le mouvement charismatique, 40 ans après sa fondation ?

Je dirais qu’on y trouve un peu tous les ingrédients du Renouveau dans l’Esprit. Nous avons toujours tenu à être un signe de la nouvelle évangélisation, ce qui ne revient pas à faire de nouvelles choses, mais à récupérer ces langages classiques par lesquelles la foi nous a été remise, pour ensuite la remettre aux autres.

La musique, le chant, la louange, les témoignages, le registre de la créativité, la communication frontale et non pas formelle de la foi, représentent alors l’histoire du Renouveau. En cette année jubilaire du 40eanniversaire de notre naissance, nous voulons donner un concentré de tout cela, en donnant vie à un projet d’une grande valeur idéale et symbolique.

Mais il ne s’agit pas seulement de faire mémoire de ces 40 années, mais de montrer aussi comment le mouvement, au troisième millénaire, se met au service de la foi dans les églises et dans les communautés locales.

Que proposera le Renouveau une fois que le projet des « 10 places pour 10 commandements » sera terminé ?

Nous sommes en train de réfléchir à un autre filon à suivre pour poursuivre dans cette voie: nous pensons aux péchés capitaux, aux dons de l’Esprit, aux vertus … mais ce à quoi je tiens surtout c’est de faire comprendre que l’on peut vraiment faire beaucoup pour offrir des modèles, stimuler l’imagination et pousser,  au niveau local aussi, les groupes et les communautés à donner lancer à la nouvelle évangélisation. Dans le cas de ce projet, la machine qui est derrière est importante, mais que de possibilités et que de moyens plus simples et immédiats n’avons-nous pas à  notre disposition pour se lancer dans ce genre de mission ! Nous verrons en 2014…