Italie: Une militante du Parti Communiste entre au monastère

Sœur Giovanna, mère de famille et maire de sa ville

| 1112 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 26 juin 2002 (ZENIT.org) - En Sicile, une ancienne militante du Parti Communiste italien vient de faire ses voeux solennels dans un monastère de la Visitation: Sœur Giovanna Francesca, mère de famille, naguère maire de sa ville, et aujourd´hui grand-mère, dont l´hebdomadaire "Famiglia Cristiana" fait le portrait (n. 25 du 23 juin 2002).



A l´âge de 70 ans, Maria Antonietta Viglianti, veuve, quatre enfants et déjà grand-mère, est devenue sœur Giovanna Francesca au monastère de la Visitation de Palerme. Sa fille Tiziana vit en Angleterre, Salvatore à Milan, Costanza et Felice sont restés en Sicile.

Sr Giovanna a été également le maire de sa ville, Castel di Lucio, 1 600 habitants, dans la province de Messine. Il s´en est fallu de peu pour que la militante communiste soit élue au Sénat, en 1993.

A Palerme, personne ne s´étonne de sa vocation. Non que Don Camillo et Peppone aient habitué les Italiens à ce dialogue parfois rude, et fraternel et non moins théologique et spirituel, du curé et du maire communiste, mais parce, comme le confie sa cousine, "Maria Antonietta s´est toujours occupée des plus faibles et des nécessiteux. Son engagement n´a jamais été en opposition avec sa foi chrétienne".

De 1992 à 1994, elle participait aux processions du Saint-Sacrement et de Saint-Placide, portant l´écharpe tricolore, vert-blanc-rouge. C´est après un échec électoral, en 1994, qu´elle a suivi une formation donnée par le Renouveau charismatique. Sa vocation a mûri et s´est faite décision, en 1999. Ses enfants n´ont rien pu faire pour l´en dissuader. Aujourd´hui, on l´appelle familièrement "Soeur PCI" (Parti communiste italien).