« J’ai presque vu le pape pleurer d’émotion », témoigne le cardinal Rouco

L’archevêque de Madrid dresse le bilan des JMJ

| 2439 clics

ROME, Mardi 23 août 2011 (ZENIT.org) – Le cardinalAntonio María Rouco Varela, archevêque de Madrid et président de la Conférence épiscopale espagnole, a révélé ce dimanche que Benoît XVI, durant des JMJ espagnoles, avait parfois été « ému jusqu’aux larmes ».

Interrogé par la chaîne COPE, propriété de la Conférence épiscopale espagnole, le cardinal a affirmé que l’un des moments les plus émouvants pour le pape avait été le Chemin de Croix du vendredi soir.

« En apprenant que cette formule de la Via Crucis avait été adoptée, les traditionnelles stations avec les‘pasos’ (statues)de la Semaine Sainte, avec tous les chants et les prières de la Via Crucis, le pape s’est enthousiasmé », a-t-il affirmé.

Parmi les rencontres les plus significatives, en marge des événements centraux, le cardinal a évoqué les rencontres « très belles » avec les religieuses et les jeunes professeurs d’université à l'Escurial, ainsi que celle avec les jeunes porteurs de handicap à l’Institut San José.

Dans d’autres déclarations à cette même chaîne, le cardinal a souligné l’attitude des jeunes pèlerins face aux difficultés à Cuatro Vientos, avec une chaleur extrême suivie d’un orage soudain.

Le cardinal s’est aussi référé, entre autres, à l'« immense silence » des jeunes à l’arrivée du Saint-Sacrement à Cuatro Vientos.

« Le style de participation liturgique des jeunes a été impressionnant. Même de nuit, l’adoration a été maintenue et cela a été très beau, accompagné bien sûr d’une musique exceptionnelle », a-t-il signalé.

« Avec ces JMJ, il a été démontré que la vie est un don chargé de sens et de joie quand elle est vécue à partir des valeurs démontrées par les jeunes », a-t-il ajouté.

A Radio Vatican, le cardinal a aussi affirmé que « cette expérience marquerait un changement dans la vie de très nombreux jeunes ».

« Un autre point à souligner – a-t-il ajouté – est que la communion ecclésiale en est sortie très renforcée. Toutes les réalités de l’Eglise ont travaillé ensemble : des ordres religieux, des mouvements, des associations, des communautés nouvelles, des mouvements paroissiaux et diocésains. C’est un fait que personne ne peut nier et qui portera de nombreux fruits à l’avenir ».