"J'ai voulu apporter une parole d'espérance, mais je l'ai aussi reçue !"

Catéchèse du 28 mai 2014 (texte intégral)

Rome, (Zenit.org) Pape François | 855 clics

« Avec ce pèlerinage, j’ai voulu apporter une parole d’espérance, mais je l’ai aussi reçue, à mon tour ! Je l’ai reçue de frères et sœurs qui espèrent "contre toute espérance" (Rm 4, 18), à travers tant de souffrances », confie le pape François au lendemain de son pèlerinage en Terre Sainte (24-26 mai).

Interrompant son cycle de catéchèses sur les dons de l'Esprit-Saint, le pape a dressé un bilan de son voyage, lors de l'audience générale de ce mercredi matin, 28 mai 2014, place Saint-Pierre.

Il a souligné les objectifs de ce pèlerinage, « grand don pour l’Église » : en premier lieu « commémorer le cinquantième anniversaire de la rencontre historique entre le pape Paul VI et le patriarche Athénagoras », par une rencontre avec le patriarche Bartholomaios, « moment culminant de la visite ».

Exprimant son amertume pour « les divisions qui existent encore entre les disciples du Christ », le pape a demandé pardon : « une fois encore, comme l’ont fait les précédents papes, je demande pardon pour ce que nous avons fait pour favoriser cette division et je demande à l’Esprit-Saint de nous aider à guérir les blessures que nous avons faites aux autres frères ».

« Un autre objectif de ce pèlerinage était d’encourager dans cette région le chemin vers la paix », a-t-il poursuivi : « Pour cela, j’ai invité le président d’Israël et le président de la Palestine, tous deux hommes de paix et artisans de paix, à venir au Vatican prier ensemble avec moi pour la paix. Et, s’il vous plaît, je vous demande de ne pas nous laisser seuls. Vous, priez, priez beaucoup pour que le Seigneur nous donne la paix dans cette Terre bénie. »

Le pape a également exhorté les chrétiens de Terre Sainte « à se laisser "oindre", le cœur ouvert et docile, par l’Esprit-Saint, pour être toujours davantage capables de gestes de paix, de fraternité et de réconciliation » car « la paix se fait artisanalement, chaque jour ».

Enfin, il a rendu hommage à « la générosité du peuple jordanien dans leur accueil des réfugiés », demandant « à toutes les institutions internationales d’aider ce peuple dans ce travail d’accueil ».

Catéchèse du pape François

Chers frères et sœurs,

Ces jours derniers, comme vous le savez, j’ai effectué un pèlerinage en Terre Sainte. Cela a été un grand don pour l’Église et j’en rends grâce à Dieu. Il m’a guidé sur cette Terre bénie, qui a vu la présence historique de Jésus et où se sont vérifiés des événements fondamentaux pour le judaïsme, le christianisme et l’islam. Je désire redire ma reconnaissance cordiale à Sa Béatitude le patriarche Fouad Twal, aux évêques des différents rites, aux prêtres, aux franciscains de la Custodie de Terre Sainte. Ces franciscains sont forts ! Ils font un très beau travail ! Ma gratitude va aussi aux Autorités jordaniennes, israéliennes et palestiniennes, qui m’ont accueilli avec une telle courtoisie, je dirais même avec amitié, ainsi qu’à toutes les personnes qui ont coopéré à la réalisation de cette visite.

1.L’objectif principal de ce pèlerinage était de commémorer le cinquantième anniversaire de la rencontre historique entre le pape Paul VI et le patriarche Athénagoras. Cela avait été la première fois qu’un Successeur de Pierre se rendait en Terre Sainte : Paul VI inaugurait ainsi, pendant le concile Vatican II, les voyages hors d’Italie des papes de l’époque contemporaine. Ce geste prophétique de l’évêque de Rome et du patriarche de Constantinople a posé une borne milliaire sur le chemin, difficile mais prometteur, de l’unité entre tous les chrétiens qui a, depuis, accompli des pas importants.

C’est pour cela que ma rencontre avec Sa Sainteté Bartholomaios, frère bien-aimé dans le Christ, a représenté le moment culminant de la visite. Ensemble, nous avons prié auprès du sépulcre de Jésus et il y avait avec nous le patriarche gréco-orthodoxe de Jérusalem, Théophile III, et le patriarche arménien apostolique Nourhan, ainsi que des archevêques et des évêques de différentes Églises et communautés, des Autorités civiles et de nombreux fidèles. En ce lieu où résonna l’annonce de la résurrection, nous avons perçu toute l’amertume et la souffrance des divisions qui existent encore entre les disciples du Christ ; et vraiment, cela fait tant de mal, cela fait mal au cœur. Nous sommes encore divisés ; dans ce lieu où justement a résonné l’annonce de la résurrection, où Jésus nous donne la vie, nous sommes encore un peu divisés. Mais surtout, dans cette célébration chargée de fraternité mutuelle, d’estime et de respect, nous avons entendu fortement la voix du Bon pasteur ressuscité qui veut faire de toutes ses brebis un seul troupeau ; nous avons éprouvé le désir de guérir les blessures encore ouvertes et de poursuivre avec ténacité le chemin vers la pleine communion. Une fois encore, comme l’ont fait les précédents papes, je demande pardon pour ce que nous avons fait pour favoriser cette division et je demande à l’Esprit-Saint de nous aider à guérir les blessures que nous avons faites aux autres frères. Nous sommes tous frères dans le Christ et, avec le patriarche Bartholomaios, nous sommes amis, frères, et nous avons partagé notre volonté de marcher ensemble, de faire tout ce que nous pouvons faire aujourd’hui : prier ensemble, travailler ensemble pour le troupeau de Dieu, rechercher la paix, protéger la création, toutes ces choses que nous avons en commun. Et en frères, nous devons aller de l’avant.

2.Un autre objectif de ce pèlerinage était d’encourager dans cette région le chemin vers la paix, qui est à la fois un don de Dieu et un engagement des hommes. Je l’ai fait en Jordanie, en Palestine et en Israël. Et je l’ai toujours fait en tant que pèlerin, au nom de Dieu et de l’homme, en portant dans mon cœur une grande compassion pour les fils de cette Terre qui vivent depuis trop longtemps avec la guerre et qui ont le droit de connaître enfin des jours de paix !

C’est pourquoi j’ai exhorté les fidèles chrétiens à se laisser « oindre », le cœur ouvert et docile, par l’Esprit-Saint, pour être toujours davantage capables de gestes de paix, de fraternité et de réconciliation. L’Esprit permet d’assumer ces comportements dans la vie quotidienne avec des personnes de cultures et de religions différentes, et de devenir ainsi « artisans » de paix. La paix se fait artisanalement ! Il n’existe pas d’industries de la paix, non. Elle se construit chaque jour, artisanalement, et avec un cœur ouvert pour que vienne le don de Dieu. C’est pour cela que j’ai exhorté les fidèles chrétiens à se laisser « oindre ».

En Jordanie, j’ai remercié les Autorités et le peuple pour leur engagement dans l’accueil de nombreux réfugiés venant des zones de guerre, un engagement humanitaire qui mérite et requiert le soutien constant de la Communauté internationale. J’ai été frappé par la générosité du peuple jordanien dans leur accueil des réfugiés, de tous ceux qui fuient la guerre dans cette zone. Que le Seigneur bénisse ce peuple accueillant, qu’il le bénisse beaucoup ! Et nous devons prier pour que le Seigneur bénisse cet accueil et demander à toutes les institutions internationales d’aider ce peuple dans ce travail d’accueil qu’il accomplit.

Pendant ce pèlerinage dans d’autres lieux aussi, j’ai encouragé les Autorités concernées à poursuivre leurs efforts pour atténuer les tensions dans la région du Moyen-Orient, surtout dans la Syrie torturée, et à continuer de chercher une solution équitable au conflit israélo-palestinien. Pour cela, j’ai invité le président d’Israël et le président de la Palestine, tous deux hommes de paix et artisans de paix, à venir au Vatican prier ensemble avec moi pour la paix. Et, s’il vous plaît, je vous demande de ne pas nous laisser seuls. Vous, priez, priez beaucoup pour que le Seigneur nous donne la paix dans cette Terre bénie. Je compte sur vos prières. Fort, priez, en ce temps, priez beaucoup pour que vienne la paix.

3. Ce pèlerinage en Terre Sainte a aussi été l’occasion de confirmer dans la foi les communautés chrétiennes qui souffrent tant, et d’exprimer la gratitude de toute l’Église pour la présence des chrétiens dans cette région et dans tout le Moyen-Orient. Ces frères sont des témoins courageux de l’espérance et de la charité, « sel et lumière » sur cette terre. Par leur vie de foi et de prière, et à travers leurs activités d’éducation et d’assistance tant appréciées, ils œuvrent en faveur de la réconciliation et du pardon, contribuant au bien commun de la société.

Avec ce pèlerinage, qui a été une véritable grâce du Seigneur, j’ai voulu apporter une parole d’espérance, mais je l’ai aussi reçue, à mon tour ! Je l’ai reçue de frères et sœurs qui espèrent « contre toute espérance » (Rm 4, 18), à travers tant de souffrances, comme celles de ceux qui ont fui leur pays à cause des conflits, comme celles de ceux qui, dans différentes parties du monde, sont discriminés et méprisés à cause de leur foi dans le Christ. Continuons de leur être proches ! Prions pour eux et pour la paix en Terre Sainte et dans tout le Moyen-Orient. Que la prière de toute l’Église soutienne aussi le chemin vers la pleine unité des chrétiens, pour que le monde croie dans l’amour de Dieu qui, en Jésus-Christ, est venu habiter au milieu de nous. Et je vous invite tous, maintenant, à prier ensemble, à prier ensemble la Vierge Marie, Reine de la paix, Reine de l’unité entre les chrétiens, la maman de tous les chrétiens : qu’elle nous donne la paix, au monde entier, et qu’elle nous accompagne sur cette route de l’unité.

Traduction de Zenit, Constance Roques