Japon : contrôle d'identité des étrangers sur des lieux de culte

Protestation des évêques catholiques

| 1344 clics

Anita Bourdin

ROME, vendredi 6 juillet 2012 (ZENIT.org) –  Les évêques catholiques demandent que la police ne procède pas à des contrôles d’identité des étrangers sur les lieux de culte, rapport « Eglises d’Asie » (EDA), l’agence des Missions étrangères de Paris. C’est clairement un cas de limitation à la liberté religieuse.

Selon EDA, Mgr Ikenaga Jun, archevêque d’Osaka et président de la Conférence épiscopale du Japon, a demandé au gouvernement japonais de « ne plus faire procéder à des contrôles d’identité visant les étrangers dans ou autour des églises ».

L’agence rapporte que « le 2 juillet dernier, Mgr Ikenaga Jun, archevêque d’Osaka et président de la Conférence épiscopale du Japon, a remis une lettre au gouvernement japonais lui demandant des précisions sur les instructions données à la police en matière de respect de la liberté de religion dans le pays ».

« La requête de l’épiscopat japonais, inédite dans la forme, fait suite à l’incident du dimanche de Pentecôte du 27 mai dernier, où des policiers ont pénétré sur le terrain d’une paroisse catholique du diocèse de Yokohama pour contrôler l’identité des étrangers présents sur le lieu de culte. Soupçonné d’être en situation irrégulière, un catholique philippin avait été arrêté », précise EDA.

Le président de l’épiscopat japonais a remis sa lettre à Matsubara Jin, président de la Commission nationale pour la sûreté publique (Kokka Koan Iinkai).

Au nom des évêques japonais, Mgr Ikenaga appelle la police à « ne pas perturber les activités de l’Eglise et à s’abstenir de pénétrer sans mandat sur ses propriétés ».
Il demande « de ne pas faire suivre les étrangers jusque dans les lieux de culte qu’ils fréquentent ni de procéder à des contrôles d’identité dans les propriétés d’Eglise ou aux alentours immédiats ».

L’engagement des évêques japonais dans la défense des droits des populations immigrés est ancien, souligne EDA : en 1994, ils demandaient justice pour ceux qui venaient en aide aux travailleurs immigrés en situation irrégulière.

Mais « c’est la première fois que l’Eglise entreprend une démarche publique à un aussi haut niveau de l’Etat ».

Pour en savoir plus :

http://eglasie.mepasie.org/asie-du-nord-est/japon/les-eveques-demandent-justice-pour-ceux-qui-aident