Jean-Paul II bénit les agneaux de la "Sainte-Agnès"

| 942 clics

CITE DU VATICAN, Mercredi 21 janvier 2004 (ZENIT.org) – A l'occasion de la fête de sainte Agnès, Jean-Paul II a béni, lors de l’audience générale du mercredi, les deux agneaux – de moins d’un an - dont la laine servira à confectionner les pallium qui seront remis le 29 juin aux nouveaux archevêques métropolitains, en la solennité de Saint Pierre et Saint Paul.



Le pape accomplit ce geste chaque année pour la fête de cette jeune sainte très aimée à Rome, Agnès, vierge et martyre, victime de la persécution anti-chrétienne, en 305, et dont l'agneau est le symbole.

Les reliques de la jeune sainte reposent auprès de celles de sa jeune esclave sainte Emérentienne, en la Basilique romaine Sainte-Agnès sur la Via Nomentana. C’est là que les agneaux sont conduits après leur bénédiction.

Leur laine servira à tisser les pallium qui sont remis aux nouveaux archevêques métropolites le 29 juin, en la fête des Apôtres Pierre et Paul. C’est en 1984 que Jean-Paul II a fixé cette date pour la remise du pallium.

Le pallium est cet ornement sacerdotal de laine blanche d’environ 6 centimètres de large, et brodé de six petites croix de soie noire que, depuis 1978, selon une décision de Paul VI, seuls le pape et les archevêques métropolites portent au cou. Le pallium est fixé par trois broches ornées de pierres précieuses

Ils symbolisent à la fois la mission du Bon Pasteur qui porte sur ses épaules la brebis égarée, et l’Agneau Immolé sur la Croix pour le salut de l’humanité.

Ces agneaux sont traditionnellement offerts au pape par les Chanoines réguliers de Saint-Jean-du-Latran (cathédrale du pape), qui desservent la basilique Sainte-Agnès. Ils sont élevés par des moniales et leur laine est tissée en pallium par les Bénédictines du monastère Sainte-Cécile.

En attendant le 29 juin, les nouveaux pallium sont ensuite placés dans la "niche des pallium", à l’intérieur de l’urne donnée par Benoît XIV, et que l’on aperçoit en la basilique Saint-Pierre, sous l’autel de la confession, c’est-à-dire au plus près de la tombe de l’Apôtre Pierre. Les pallium symbolisent en effet aussi la communion des archevêques avec le Successeur de Pierre.

Le premier évêque à recevoir le pallium aurait été saint Césaire d’Arles, des mains du pape Symmaque, en 513.