Jean-Paul II encourage les familles qui adoptent ou accueillent des enfants

| 1042 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 6 février 2005 (ZENIT.org) – « Le défi de la vie » est « le premier des grands défis de l’humanité d’aujourd’hui », déclare Jean-Paul II dans un message lu à l’angélus de ce dimanche. Le pape a dit sa solidarité avec les familles qui adoptent des enfants ou les accueillent de façon temporaire et invite à avoir « confiance » dans la vie.



Le pape se réfère ainsi explicitement aux « défis » de l’humanité d’aujourd’hui qu’il a mis en lumière dans son discours de janvier au corps diplomatique accrédité près le Saint-Siège (cf. ZF050110). Le pape avait indiqué ce qu’il estime être les « quatre grands défis » de l’humanité aujourd’hui : la vie, le pain, la paix, la liberté.

« Que Marie, Reine des familles, nous aide à vaincre « le défi de la vie » qui est le premier des grands défis de l’humanité d’aujourd’hui », concluait le message du pape avant l’angélus.

Le pape avait auparavant rappelé : « On célèbre aujourd’hui en Italie la « Journée pour la Vie ». Dans le message publié à cette occasion, les évêques italiens mettent l’accent sur le mystère de la vie en tant que relation, qui requiert la confiance. Il faut faire confiance à la vie ! »

Il insistait : « La confiance dans la vie, c’est ce que réclament silencieusement les enfants qui ne sont pas encore nés. Confiance que demandent aussi tant d’enfants qui, restés sans famille, pour différents motifs, peuvent trouver une maison qui les accueille grâce à l’adoption et le placement temporaire ».

Le pape disait en ces termes son soutien aux familles italiennes qui adoptent des enfants : « Je pense ainsi avec une sollicitude spéciale, au bien-aimé peuple italien et à tous ceux qui ont à cœur la défense de la vie naissante. En particulier, je me tiens aux côtés des évêques italiens, qui continuent à exhorter les catholiques et les hommes de bonne volonté à défendre le droit fondamental à la vie, dans le respect de la dignité de toute personne humaine ».

Les catholiques de Rome avaient répondu à l’appel du cardinal vicaire, Camillo Ruini, et autour de lui, ils se sont aussi réjouis de voir le pape apparaître à la fenêtre de l’hôpital, sur grand écran, et de recevoir sa bénédiction.

Le cardinal a confié à Radio Vatican qu’il avait vécu ce moment « avec intensité, en voyant le Saint-Père qui va mieux » et en se « réjouissant avec lui ».