Jean-Paul II le « pape de la sainteté », par le card. Saraiva Martins

| 866 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 31 octobre 2003 (ZENIT.org) – Jean-Paul II peut être considéré comme « le pape de la sainteté », expliquait le cardinal portugais, préfet de a congrégation pour les Causes des saints, José Saraiva Martins au micro de Radio Vatican dans le cadre des XXV ans de Pontificat.



RV. – Eminence, quel souvenir avez-vous du jour de l’élection du cardinal Wojtyla comme pape?

Card. Martins. – Nous avons encore dans l’oreille le son des paroles qu’il a prononcées, lors de cet inoubliable 16 octobre 1978, depuis la Loggia de la basilique Saint-Pierre: “N’ayez pas peur! Ouvrez les portes au Christ”. Ces paroles par lesquelles le cardinal Karol Wojtyla, à peine élu pape, s’est présenté à l’Eglise et au monde comme le nouveau Successeur de Pierre éclairent tout son pontificat.

RV. – L’activité pastorale de ce pape est extraordinaire…

Card. Martins. – Un pontificat très intense et très fécond, que celui du pape “venu de loin”! Pendant toutes ces années, il a exercé une action pastorale infatigable et efficace à tous les niveaux de l’Eglise et de la société de notre temps. Ses nombreux voyages apostoliques en son une des plus parfaites expressions. Dans le sillage de Paul, ce pape aussi s’est mis en route pour le monde entier, pour annoncer l’Evangile à tous les hommes et tous les peuples. Il a ainsi été le premier missionnaire de l’Eglise.

RV. – Un pape toujours proche de l’homme …

Card. Martins. – Certainement. Je crois que l’une des caractéristiques du pape Wojtyla soit justement sa proximité avec l’homme d’aujourd’hui. Dans son encyclique programmatique, “Redemptor hominis”, le nouveau pontife affirme que “l’homme est la route de l’Eglise”. En pleine harmonie avec cette affirmation, le pape, dans un monde complexe et tourmenté comme le nôtre, a toujours été proche de l’homme, de ses problèmes, défendant toujours, avec une grande vigueur et un grand courage, au nom de l’Evangile, la dignité de la personne humaine, ses droits fondamentaux et, donc, sacrés et intouchables. L’offense contre l’homme est et sera toujours une offense contre Dieu, son Créateur.

RV. – Jean-Paul II, nous ne pouvons pas l’oublier, s’est tellement prodigué pour la paix… est un vrai artisan de paix…

Card. Martins. – On ne peut oublier ce que ce pape a fait pour la paix entre les hommes et entre les peuples. Ses messages annuels sur la paix sont d’étonnantes leçons sur ce don précieux que le Christ, Prince de la paix, est venu apporter au monde. Et ses appels fréquents et passionnés à la paix fondée sur la vérité, la justice, l’amour et le pardon, son autant de rappels forts de l’obligation qui incombe à tous d’être des bâtisseurs de paix véritables et convaincus.

RV. – Mais nous pouvons dire que Jean-Paul II passera à l’histoire aussi comme le pape de la sainteté?

Card. Martins. – Je crois vraiment que oui. Et je voudrais même souligner, en tant que préfet du dicastère pour les Causes des saints, cet aspect essentiel du pontificat de Jean-Paul II: la sainteté. Le thème de la sainteté est sans aucun doute un des thèmes porteurs du magistère du pontife actuel. Sa mise en valeur au niveau théologique ou pastoral, a toujours été, dès le début, un des fondements de son ministère pétrinien. La sainteté, rappelle souvent le pape, appartient à la nature même de l’Eglise, à son ADN. Elle est un de ses éléments constitutifs. L’Eglise du Christ est appelée à être “l’Eglise en tablier”, comme le dit l’évêque Bello, c’est-à-dire de l’action du service pastoral des frères, mais elle est aussi appelée à être, et avant cela même, “l’Eglise de la sainteté”.
Toute l’activité pastorale de l’Eglise est finalisée par la promotion de cette sainteté: “Je n’hésite pas à dire, lit-on dans ‘Novo Millennio ineunte’ que la perspective dans laquelle doit se situer tout l’itinéraire pastoral de l’Eglise est celle de la sainteté”. Le pape dit encore que le premier devoir des pasteurs est de susciter la sainteté des fidèles, et je pense par conséquent que ce pape passera à la postérité à juste titre aussi comme le pape de la sainteté. Notre joie, pour le 25e anniversaire du pontife actuel, le pape de la sainteté, se fait prière pour que le Seigneur lui donne encore de nombreuses années de vie. L’Eglise et le monde ont encore besoin de son témoignage prophétique, de son élan apostolique, et de son riche et fécond magistère. “Dominus conservet eum”.