Jean-Paul II pour l'universalisation de la Convention d'Ottawa contre les mines

| 798 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 2 décembre 2004 (ZENIT.org) – Jean-Paul II plaide pour l'universalisation de la Convention d'Ottawa contre les mines terrestres antipersonnel dans un Message à M. Wolfgang Petritsch, représentant permanent de l'Autriche à l'ONU, à Genève et président de la Ière conférence de la Convention d'Ottawa sur les mines antipersonnel et leur destruction, qui se tient au Kenya, à Nairobi, du 29 novembre au 3 décembre.



Ce message, en date du 29 novembre, a été lu à Nairobi par Mgr Giampaolo Crepaldi, secrétaire du Conseil pontifical Justice et Paix, chef de la Délégation du Saint-Siège à la conférence (texte intégral ci-dessous in “Documents”).

La conférence d’Ottawa a eu lieu en 1997, la convention est entrée en vigueur en 1999.

Le pape plaide pour “l'universalisation de la Convention d'Ottawa” et il invite “les pays qui hésitent encore à y adhérer à rejoindre le camp de la paix, en neutralisant définitivement ces engins de mort”.

Jean-Paul II manifeste certes sa satisfaction pour la mise en œuvre de la convention en vue d’“éradiquer définitivement ce terrible fléau contemporain”. “Cinq ans après son entrée en vigueur, la Convention est devenue pour les états signataires une norme fondamentale et incontournable, renforçant la stricte application du droit humanitaire international et constituant un signe tangible de la solidarité entre les pays et les peuples”.

Le pape rappelle que le Saint-Siège a été “parmi les premiers à ratifier la Convention” et qu’il “entend contribuer de manière active à sa mise en application, dans un dialogue sincère et constructif avec les autres états signataires”.

Jean-paul II rappelle que le Saint-Siège s’est également investi dans “une campagne de sensibilisation des Eglises locales au problème des mines antipersonnel”, non seulement en informant mais “en sollicitant un engagement actif” et “en demandant de prier pour les victimes des mines antipersonnel et pour le succès de la Conférence”.

Jean-Paul II recommande en outre de “poursuivre les efforts” en vue de la “destruction des stocks de munitions”, du déminage et de la réintégration socio-économique des victimes. “Les mines antipersonnel tuent et mutilent de nombreuses victimes innocentes”, déplore le pape.

Il recommande en outre de promouvoir “une coopération bilatérale et multilatérale” entre les pays concernés pour trouver des solutions.

“Lorsque des Etats s'unissent, dans un climat de compréhension, de respect mutuel et de coopération, pour s'opposer à une culture de mort et pour édifier dans la confiance une culture de la vie, c'est la cause de la paix qui avance dans la conscience des personnes et de l'humanité tout entière”, a fait observer le pape.

Mais le pape souligne aussi l’attention due aux victimes, y compris après la disparition des stocks, et encourage la communauté internationale à trouver les crédits nécessaires à la rééducation des personnes handicapées et à la réinsertion de toutes les victimes.