Jean-Paul II se félicite des progrès dans les relations entre catholiques et luthériens

Il demande de relancer la pratique d'une spiritualité de communion

| 795 clics

CITE DU VATICAN, lundi 19 janvier 2004 (ZENIT.org) - Le pape Jean-Paul II a exprimé sa "reconnaissance pour le progrès œcuménique réalisé entre catholiques et luthériens" en ce deuxième jour de la Semaine de Prière pour l'Unité des Chrétiens, cinq ans après la signature historique de la Déclaration Commune de la Doctrine de la Justification.



Le pape recevait ce matin les membres de la délégation oecuménique de Finlande conduite par l'évêque luthérien de Helsinki, Eero Huovinen, à l'occasion de la fête de saint Henri, premier évêque et patron de l'Eglise luthérienne du pays. Les luthériens représentent actuellement 85,7% d'une population de cinq millions d'habitants.

"Je voudrais exprimer ma reconnaissance pour le progrès œcuménique réalisé entre catholiques et luthériens au cours des cinq années depuis la signature de la Déclaration Commune sur la Doctrine de la Justification", déclare le pape dans son message.

"L'établissement d'un nouveau groupe de dialogue entre luthériens et catholiques en Finlande et en Suède est un signe prometteur de ce progrès sur notre chemin vers l'unité pleine et visible", ajoute-t-il.

La Déclaration Commune de l'Église Catholique et de la Fédération Luthérienne Mondiale sur la doctrine de la justification a été signée le 31 octobre 1999 à Ausgburg, en Allemagne.

Le cardinal Cassidy, président du Conseil Pontifical pour l'Unité des Chrétiens avait déclaré avant la signature que cet accord avait "une signification importante non seulement pour les deux parties impliquées directement mais aussi pour tout le mouvement oecuménique, car la doctrine de la justification est au coeur de la foi chrétienne. Ce sont essentiellement les différentes interprétations de cet enseignement fondamental du christianisme qui ont provoqué les disputes qui ont amené la Réforme".

Dans son message le pape exprime le souhaite "que les luthériens et les catholiques (pratiquent) de plus en plus une spiritualité de communion, basée sur les éléments de la vie ecclésiale qu'ils partagent déjà et qui renforcera leurs relations dans la prière et le témoignage de l'Evangile de Jésus-Christ".