Jean-Paul II souhaite la relance des négociations de paix en Terre Sainte

| 667 clics

CITE DU VATICAN, Dimanche 25 mai 2003 (ZENIT.org) - Jean-Paul II souhaite la relance des négociations de paix en Terre Sainte et rappelle aux fidèles les deux intentions de l'année du rosaire: la famille et la paix, spécialement en terre Sainte.



Jean-Paul II a émis ce souhait dimanche, avant la prière mariale du Regina Caeli, depuis la fenêtre de son bureau place Saint-Pierre.

Le pape évoquait les deux intentions prioritaires recommandées aux fidèles en cette année du rosaire : "La famille, hélas sérieusement menacée dans ses principes et ses valeurs fondamentales, et la paix dans le monde, avec une référence particulière à la Terre Sainte". "Veuille le Seigneur, en dépit de la violence féroce qui continue de sévir et qui offense Dieu et l'homme, que se fortifie la recherche de solutions justes, négociées, pour assurer à chaque peuple la sérénité et la paix".

"Ce dimanche - sixième du temps de Pâques - commence la dernière semaine du mois de mai qui se conclura , samedi prochain, par la fête de la Visitation de Marie à sainte Elisabeth", rappelait le pape.

Jean-Paul II ajoutait: "Dans l'hémisphère boréal, le mois de mai marque la nouvelle pleine floraison de la nature; c'est aussi le temps de "l'alléluia" pascal, qui résonne dans toute l'Eglise, temps propice s'il en est pour offrir aux nouvelles générations les dons du Christ ressuscité: le baptême, la première communion et la confirmation".

"Jeudi prochain, en outre, continuait le pape, avec la fête de l'Ascension du Christ au ciel, commencera la neuvaine de la Pentecôte, et les communautés chrétiennes pourront revivre l'expérience originelle du Cénacle, où les disciples étaient assidus et d'un seul cœur priaient avec la Mère de Jésus (cf. Ac 1, 14)."

"La présence maternelle de Marie, au milieu des Apôtres, était pour eux la mémoire du Christ: ses yeux portaient imprimé le visage du Sauveur; son cœur immaculé en conservait les mystères, de l'Annonciation à la Résurrection et l'Ascension au ciel, à travers la vie publique, la passion et la mort".

"Dans ce sens, on peut dire qu'au Cénacle est née la prière du Rosaire, parce que là, les premiers chrétiens ont commencé à contempler avec Marie le visage du Christ, en se souvenant des différents moments de sa vie terrestre", expliquait Jean-Paul II.

Le pape ajoutait aussitôt: "Puisse le rosaire être toujours plus redécouvert et mis en valeur en tant que prière christologique et contemplative".

Et de conclure: "A Marie, que nous avons célébrée hier comme "Auxiliatrice", nous nous adressons maintenant par le chant du Regina caeli".