Jean XXIII et la proposition du pape François pour la paix

Commentaire du P. Lombardi

Rome, (Zenit.org) Constance Roques | 474 clics

La proposition du pape François aux présidents israélien et palestinien de venir à Rome prier pour la paix renvoie à saint Jean XXIII, fait observer le P. Federico Lombardi, porte-parole du Saint-Siège, au micro de Radio Vatican.

"Le pape François l’a dit aussi en faisant référence à Jean XXIII, à l’occasion de la canonisation. Jean XXIII, en lançant le concile, a eu le courage de croire que ce qui est impossible, qui semble impossible, peut devenir possible, avec la grâce de Dieu. Ceci, le pape François le pense très souvent et très profondément, il y croit vraiment. Alors, si la paix nous semble impossible, nous devons d’autant plus prier Dieu de la rendre possible avec son aide."

Pour ce qui est des réactions, il ajoute: "Il me semble qu’il y a eu beaucoup de réactions, que cela est considéré un peu comme une des grandes nouvelles de cette journée et, effectivement, une proposition originale, courageuse, de la part du pape. S’il l’a fait, évidemment, c’est qu’il était conscient qu’elle pouvait être accueillie. Je crois que c’est beau que le pape fasse une proposition qui est de sa compétence. Le pape est un homme religieux, c’est un chef religieux et moral : que propose-t-il pour faire la paix ? Non pas une tractation diplomatique particulière, même s’il dit que c’est nécessaire, naturellement, mais ce n’est pas de sa compétence -, non pas un renforcement des armées, mais il propose de se mettre devant Dieu, de demander à Dieu son aide pour faire quelque chose que nous ne sommes pas encore parvenus à faire et qui doit donc venir de l’aide de quelqu’un d’autre. Et pour nous convertir nous-mêmes, pour toucher, changer nos cœurs, de telle sorte qu’ils deviennent davantage capables de rencontre, de dialogue, d’acceptation de l’autre : sortir de nous-mêmes pour pouvoir aller sur les voies nouvelles de la paix. Le pape a fait cette proposition qui est de sa compétence."

La proposition intervient, fait observer le P. Lombardi, alors que la paix semble impossible pour les forces humaines": "C’est beau qu’une proposition de ce genre paraisse réaliste, précisément dans un contexte où la paix semble si difficile depuis tellement longtemps, pour ne pas dire impossible aux seules forces humaines. Et donc aussi que soit accueilli avec émotion, avec intérêt et je dirais avec gratitude, le geste courageux d’un pape qui invite à prier pour la paix les représentants de peuples qui, jusqu’ici, n’ont pas réussi à se mettre d’accord dans la paix et que les gens soient contents de cette proposition et trouvent que c’est quelque chose de positif, c’est un beau signe que la force spirituelle dans ce monde est quelque chose de profondément réel, profondément présent et, espérons-le, de rapidement efficace pour faire changer les choses."