Jérusalem : « Soyez des constructeurs de la vie, non de la mort »

Message de Noël du patriarche Sabbah

| 487 clics

ROME, Mercredi 21 décembre 2005 (ZENIT.org) – « A nos chefs politiques qui décident par leur politique de la vie ou de la mort de plusieurs dans cette Terre Sainte, nous disons : « Soyez des constructeurs de la vie, non de la mort » : le site Internet du patriarcat latin de Jérusalem (http://www.lpj.org) publie ce message de Noël du patriarche Michel Sabbah.



Frères et Sœurs,

Heureuse et saint fête de Noël.

1. Notre message est celui des anges le jour de Noël: “Soyez sans crainte, car voici que je vous annonce une grande joie: aujourd’hui vous est né un Sauveur, qui est le Christ Seigneur » (Lc 2 :10-11). Soyez sans crainte, malgré toutes les difficultés que nous vivons et qui peuvent inspirer la peur et l’insécurité. Jésus nous dit aussi : « Que votre cœur ne se trouble ni ne s’effraie » (Jn14.27). Avec la foi, avec la lumière et la sagesse, nous pouvons fonder notre sécurité, et contribuer à la tranquillité générale dont a besoin notre société.

Le deuxième message de Noël est la joie. L’ange dit : « Je vous annonce une grande joie : un Sauveur vous est né qui est le Christ Seigneur ». Que la joie, qui provient de la grâce de Dieu, comble vos cœurs, car vous en avez besoin dans les souffrances que vous endurez. A tous nos fidèles, à tous ceux qui ont peur, ceux qui comptent parmi les membres de la famille un prisonnier ou quelqu’un sous les tortures, à ceux qui ont connu la mort, à tous ceux qui sont enclins à remplir leurs cœurs de haine, nous disons : Purifiez vos cœurs, et que la joie de Noël renouvelle en vous toute votre vie.

Notre message à tous nos fidèles et à tous nos frères et sœurs dans cette Terre Sainte, à tout palestinien et à tout israélien : Dieu vous a créé non pour avoir peur l’un de l’autre ou pour vous entretuer, mais pour vous aimer les uns les autres, pour construire et collaborer ensemble.

2. A nos chefs politiques qui décident par leur politique de la vie ou de la mort de plusieurs dans cette Terre Sainte, nous disons : « Soyez des constructeurs de la vie, non de la mort. Apprenez enfin que la démolition, la mort et la lutte n’ont porté et ne porteront que démolition, mort et permanence de la lutte. Il est temps de changer de voies et de prendre les bonnes décisions pour arriver une fois pour toutes à la paix et à la justice. Toute lenteur à résoudre, avec la permanence des injustices sous ses différents aspects, le mur, les barrières, les prisonniers, les assassinats, tout cela ne fait que nourrir la violence. Lorsque les injustices cesseront, la violence cessera et la sécurité règnera. Nous espérons pouvoir commencer une nouvelle période dans laquelle toute violence cessera des deux côtés, israélien et palestinien.

Et nous répétons : la sécurité pour les Israéliens veut dire liberté et souveraineté pour les Palestiniens. Deux réalités interdépendantes et incontournables. Et les demi-mesures, demi liberté, ou demi-souveraineté, ne nous mèneront nulle part, sinon à retomber dans un cycle de violence et d’insécurité interminable.
La position palestinienne actuelle qui consiste à réclamer tous les droits avec les voies de la non-violence dit que la paix et la justice sont choses possibles. Du côté israélien aussi, nous avons vu et entendu de nouveaux signes et de nouvelles expressions. Nous espérons qu’ils indiquent une nouvelle vision et une nouvelle décision. Les difficultés sont nombreuses. Mais une volonté sincère réduit toute difficulté et lui trouve la solution. Si par contre il n’y a pas de volonté sincère chaque difficulté devient un obstacle insurmontable.

Notre Terre Sainte est assoiffée de retrouver sa paix et sa sainteté. Procurez aux deux peuples la vie, la sécurité et la dignité qu’ils réclament. Le gouvernement est don et service, et non l’occasion d’occuper des sièges ou de faire des bénéfices. Il faut mettre fin aux souffrances multiples qui ont trop duré dans cette terre. Nous espérons que nos chefs cette fois mettront toutes leurs énergies pour accomplir ce qu’il fallait accomplir depuis toujours : la paix et la justice pour deux peuples capables de vivre côte à côte en paix et en bon voisinage.

3. Frères et sœurs, vivant ici tout près de la grotte de Bethléem, à vous et au monde entier, qui tourne ses regards aujourd’hui vers Bethléem, ville du Prince de la Paix, je vous souhaite un Noël de sainteté et de courage pour écarter toute peur et toute violence et pour construire la paix et la justice dont tous nous avons besoin.

Heureuse et sainte fête de Noël.

+Michel Sabbah
Patriarche Latin de Jérusalem