JMJ de Rio : naissance d'une page Facebook « mondiale »

Un accès en 21 langues

Rio de Janeiro, (Zenit.org) | 1186 clics

Les 21 profils Facebook de la JMJ de Rio 2013 sont maintenant intégrés. En se connectant maintenant à n’importe quel profil de la JMJ, tout le monde pourra accéder, par exemple, aussi au profil en français ou en allemand.

Parmi les langues disponibles figurent l’arabe, le croate, le slovaque, le slovène, l’espagnol, le hongrois, l’italien, le japonais, le polonais, le portugais, le roumain, le russe, le vietnamien, le chinois, le lituanien, le maltais, le tagalog (Philippines) et le tchèque.

Pour modifier l’accès il suffit de cliquer sur Paramètres et sélectionner l’option pour le pays: apparaitra alors la liste de tous les pays et la page changera selon le profil sélectionné.

Cette nouveauté a été faite pour augmenter le contact entre les jeunes du monde entier qui veulent en savoir plus sur le voyage. Grâce à ces changements, le nombre global des "fans" des pages Facebook sur la prochaine JMJ est monté à plus de 730.000.

C’est la première fois que cette procédure est exécutée à l’occasion d’une Journée mondiale de la jeunesse. La méthode est utilisée par les grandes organisations internationales, alors que pour la JMJ, l’idée est venue au lendemain de Madrid 2011.

Selon le responsable de la communication de la JMJ de Rio 2013, Benjamin Paz, cette nouveauté est très positive, apporte plus de crédibilité aux pages officielles et se base sur des statistiques qui aideront à améliorer la stratégie de communication dans les medias.

« Nous pensons, explique Benjamin Paz, qu’elle améliorera l’expérience des personnes qui accompagnent la JMJ, dans notre objectif d’interagir et de fournir les meilleures informations possibles. De cette manière on permet aux jeunes, aussi bien ceux qui feront l’expérience du voyage que ceux qui ne pourront pas venir, de vivre l’événement et de suivre tout ce qui se passe à travers les médias sociaux. C’est-à-dire en leur apportant « à tous » le message du pape.

Traduction d'Océane Le Gall