« Joseph, l’homme qui a donné à Dieu la plus grande preuve de confiance »

Benoît XVI préside la messe devant 60.000 personnes à Yaoundé

| 1894 clics

 

ROME, Jeudi 19 mars 2009 (ZENIT.org) - « Joseph est, dans l'histoire, l'homme qui a donné à Dieu la plus grande preuve de confiance », déclare Benoît XVI qui exhorte les peuples d'Afrique à la même confiance, à l'espérance, et à s'engager pour le « développement intégral de la personne humaine en Afrique ».

Benaoît XVI a présidé la messe en la solennité de saint Jsopeh au stade Amadou Ahidjo (nom du premier président) de Yaoundé en présence de plus 60.000 personnes venues de tout le Cameroun et de différents pays voisins. Une messe à la fois recueillie et rythmée par les rythmes africains, solennels et joyeux.

 Le pape a remis aux évêques d'Afrique l'instrument de travail du prochain synode pour l'Afrique : des délégations de tout le continent les accompagnaient. Des milliers d'autres personnes ont participé en-dehors du stade, à cette première messe publique du pape en Afrique, en présence du président Paul Biya et de sa femme, Chantal Biya.

La fécondité de l'action humaine

Commentant tout d'abord l'histoire de David, le pape fait cette remarque : « Nous voyons qu'un des vœux les plus chers de l'homme, celui d'être le témoin de la fécondité de son action, n'est pas toujours exaucé par Dieu. Je pense à ceux parmi vous qui sont pères et mères de famille : ils ont très légitimement le désir de donner le meilleur d'eux-mêmes à leurs enfants et ils veulent les voir parvenir à une véritable réussite. Pourtant, il ne faut pas se tromper sur cette réussite : ce que Dieu demande à David, c'est de Lui faire confiance ».

Même exhortation à la confiance, à partir de l'exemple de saint Joseph : « David fait confiance à Dieu. De même, Joseph fait confiance à Dieu, quand il écoute son messager, son Ange, lui dire : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint » (Mt 1, 20). Joseph est, dans l'histoire, l'homme qui a donné à Dieu la plus grande preuve de confiance, même devant une annonce aussi stupéfiante ».

Aux pères de famille

En anglais, le pape s'est spécialement adressé aux pères de familles en leur posant la question de la confiance : « Et vous, chers pères et chères mères de famille qui m'écoutez, avez-vous confiance en Dieu qui fait de vous les pères et les mères de ses enfants d'adoption ? Acceptez-vous qu'Il compte sur vous pour transmettre à vos enfants les valeurs humaines et spirituelles que vous avez reçues et qui les feront vivre dans l'amour et le respect de son saint Nom ? »

Benoît XVI dénoncé « tant de personnes sans scrupule cherchent à imposer le règne de l'argent au mépris des plus démunis » en les invitant à se montrer «  très attentifs » . Il a indiqué le danger : « L'Afrique en général, et le Cameroun, en particulier, sont en danger s'ils ne reconnaissent pas le Véritable Auteur de la Vie ! Frères et sœurs du Cameroun et de l'Afrique, vous qui avez reçu de Dieu tant de qualités humaines, ayez soin de vos âmes ! Ne vous laissez pas fasciner par de fausses gloires et de faux idéaux ! Croyez, oui, continuez à croire que Dieu, Père, Fils et Esprit Saint, est le Seul qui vous aime vraiment comme vous l'attendez, qu'Il est le seul à pouvoir vous combler, à pouvoir donner la stabilité à vos vies. Le Christ est l'unique chemin de Vie ».   

« Seul Dieu pouvait donner à Joseph la force de faire confiance à l'Ange. Seul Dieu vous donnera, chers frères et sœurs qui êtes mariés, la force d'élever votre famille comme Il le veut. Demandez-le Lui ! Dieu aime qu'on Lui demande ce qu'Il veut donner. Demandez-Lui la grâce d'un amour véritable et toujours plus fidèle, à l'image de son propre amour », a exhorté Benoît XVI

Refuser la fatalité

Il déplore que la « qualité des liens familiaux » soit affectée par des bouleversements sociaux et économiques.

Mais surtout Benoît XVI exorcise le démon du fatalisme en disant : « Y a-t-il là une fatalité, une évolution inévitable ? Certes non ! Plus que jamais, nous devons « espérer contre toute espérance » (Rm 4, 18).

Appelés à l'espérance

Citant l'épître de saint Paul aux Romains, le pape suggère cette définition du chrétien : « « Espérant contre toute espérance » : n'est-ce pas une magnifique définition du chrétien ?  L'Afrique est appelée à l'espérance à travers vous et en vous ! Avec le Christ Jésus, qui a foulé le sol africain, l'Afrique peut devenir le continent de l'espérance ! Nous sommes tous membres des peuples que Dieu a donnés comme descendance à Abraham. Chacun et chacune d'entre nous est pensé, voulu et aimé par Dieu. Chacun et chacune d'entre nous a son rôle à jouer dans le plan de Dieu, Père, Fils et Esprit Saint ».

Le pape propose saint Joseph pour lutter contre les tentations, en premier le découragement mais aussi la haine: « Si le découragement vous envahit, pensez à la foi de Joseph ; si l'inquiétude vous prend, pensez à l'espérance de Joseph, descendant d'Abraham qui espérait contre toute espérance ; si le dégoût ou la haine vous saisit, pensez à l'amour de Joseph, qui fut le premier homme à découvrir le visage humain de Dieu, en la personne de l'Enfant conçu par l'Esprit Saint dans le sein de la Vierge Marie ». Un accent qui rappelle l'exhortation de saint Bernard à regarder vers Marie.

Complémentarité dans l'Eglise

En français, le pape s'est adressé aux représentants de tous les états de vie en en soulignant la complémentarité : « Vous qui êtes mariés, regardez l'amour de Joseph pour Marie et pour Jésus ; vous qui vous préparez au mariage, respectez votre futur conjoint ou conjointe comme le fit Joseph ; vous qui vous êtes donnés à Dieu dans le célibat, repensez à l'enseignement de l'Église notre Mère : « La virginité et le célibat pour le Royaume de Dieu ne diminuent en rien la dignité du mariage ; au contraire ils la présupposent et la confirment. Le mariage et la virginité sont les deux manières d'exprimer et de vivre l'unique mystère de l'Alliance de Dieu avec son peuple » (Redemptoris custos, 20) ».

Le secret de la paternité

Mais surtout le pape encourageait  les pères de famille « puisque saint Joseph est leur modèle », à la fois dans leur rapports à leurs enfants mais aussi à leurs épouses : « C'est lui qui peut leur enseigner le secret de leur propre paternité, lui qui a veillé sur le Fils de l'Homme. De même, chaque père reçoit de Dieu ses enfants créés à sa ressemblance et à son image (...). Comme saint Joseph, chers pères de famille, respectez et aimez votre épouse, et conduisez vos enfants, avec amour et par votre présence avisée, vers Dieu où ils doivent être (cf. Lc 2, 49) ».

Le pape a adressé un message spécifique aux jeunes : « Devant les difficultés de la vie, gardez courage ! Votre existence a un prix infini aux yeux de Dieu. Laissez-vous saisir par le Christ, acceptez de Lui donner votre amour et, pourquoi pas, dans le sacerdoce ou la vie consacrée ! C'est le plus haut service ».

Les enfants d'Afrique

Le pape a été spécialement applaudi lorsqu'il a prononcé ce passage de son homélie pour les enfants d'Afrique : « Aux enfants qui n'ont plus de père ou qui vivent abandonnés dans la misère de la rue, à ceux qui sont séparés violemment de leurs parents, maltraités et abusés, et incorporés de force dans des groupes paramilitaires sévissant dans certains pays, je voudrais dire : Dieu vous aime, Il ne vous oublie pas (applaudissements) et saint Joseph vous protège ! Invoquez-le avec confiance (applaudissements, acclamations, musique) ».

L'homélie s'est achevée sur des acclamations debout, mais pour faire place ensuite à un silence recueilli.