Journée du judaïsme, l'expertise du P. Norbert Hofmann

Pour la poursuite du dialogue

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 941 clics

Le P. Hofmann dessine le tour du monde des dialogues entre juifs et catholiques, en l’honneur du 17 janvier, jour où les Eglises d’Italie, de Pologne, d’Autriche et des Pays Bas célèbrent la « Journée du judaïsme ».

Le P. Norbert Hofmann, secrétaire de la Commission pour les rapports religieux avec le judaïsme, fait en effet le point sur les activités de la Commission dans L’Osservatore Romano du 17 janvier 2013.

La Commission a un mandat international, et elle agit « en première ligne là où juifs et catholiques vivent quotidiennement les uns à côté des autres », rappelle-t-il.

Concrètement, indique le P. Hofmann, « la grande majorité des 14 millions de juifs qui vivent dans le monde réside aux Etats-Unis et en Israël (approximativement 11 millions) », deux nations où de nombreuses initiatives de dialogue sont en cours.

Les deux contextes sont très divers : aux Etats-Unis, « la communauté juive représente une petite minorité », alors qu’en Israël la situation est inversée : « les communautés chrétiennes sont une minorité » par rapport aux juifs.

En Israël, « le dialogue subit les conséquences du conflit politique », alors qu’aux Etats-Unis « ce dialogue est devenu un vrai modèle », estime-t-il.

En Europe, « le dialogue se ressent du poids de l’histoire », sur un continent où la Shoah a exterminé « deux tiers de la population juive », fait-il observer.

C’est la France qui détient sans conteste « le plus grande nombre de communautés juives » et sa Conférence épiscopale, « dans la tradition du cardinal Jean-Marie Lustiger, est activement engagée dans la promotion de liens d’amitié », souligne le P. Hofmann.

En Amérique du Sud, spécialement en Argentine et au Brésil, « les communautés juives sont fortes et vivantes », poursuit-il, et « beaucoup d’initiatives naissent en faveur d’une collaboration », surtout depuis le la XVIIIe rencontre de "l'International Catholic-Jewish Liaison Committee" en juillet 2004.

Au Vatican, le 10 mai 2012, pour la première fois dans l’histoire du dialogue depuis 1965 une délégation du Congrès juif latino-américain (Latin American Jewish Congress) a été reçue par Benoît XVI (cf. Zenit du 10 mai 2012).

Par ailleurs, du 28 au 30 octobre 2012, la Commission a organisé une « assemblée plénière avec 8 consulteurs et 18 délégués responsables des relations avec les juifs des conférences épiscopales engagées de façon significative dans le dialogue », rapporte le P. Hofmann.

En effet, précise-t-il « le devoir de la Commission n’est pas seulement de garder un contact permanent avec les grandes organisations et communautés juives internationales au niveau mondial, c’est-à-dire promouvoir un dialogue ad extra, mais c’est aussi celui de poursuivre un dialogue ad intra, c’est-à-dire soutenir les catholiques engagés dans ce dialogue et leur donner une impulsion renouvelée pour l’avenir ».

C’était la troisième assemblée plénière dans l’histoire de la commission, la première ayant eu lieu en 1982 et la seconde en 2005.