Journée du malade : créer une communion de prière

Invitation du dicastère pour la pastorale de la santé

Rome, (Zenit.org) Anne Kurian | 1086 clics

Le Conseil pontifical pour la pastorale de la santé souhaite que la Journée des malades, le 11 février, permette de « créer une communion de grâce, de prière et de charité » dans toute l’Eglise. Il propose notamment un livret pour toutes les Conférences épiscopales.

Le P. Augusto Chendi, M.I., sous-secrétaire du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, présentait le message de Benoît XVI pour la XXIème Journée mondiale du Malade hier, 29 janvier 2013, au Saint-Siège. Cette journée, sera célébrée de façon solennelle au Sanctuaire marial d’Altötting, en Bavière, sur le thème « Va, et toi aussi, fais de même » (Lc 10, 37).

Créer une communion de prière

Le P. Chendi a confirmé une nouveauté : désormais, la Journée mondiale du malade sera enrichie par la publication d’un « subside spécifique », rédigé par le dicastère et édité aux éditions camilliennes.

Traduit en diverses langues (français, anglais, allemand, espagnol, portugais, polonais), il sera offert aux Conférences épiscopales qui le demanderont, pour être publié dans les maisons d'édition de leurs pays.

Le livret reprendra le thème décidé chaque année par le pape et se veut une aide pour « constituer et accroître une unique symphonie de foi, de prière et de réflexion dans l’Eglise entière », au sein du « monde bigarré de la souffrance et de la santé », selon la volonté de Benoît XVI, a expliqué le secrétaire du dicastère.

Utile pour toute l’Année Liturgique, cet instrument s’articule autour de trois moments fondamentaux : Avent-Noël, Journée mondiale du malade dans la mémoire liturgique de Notre-Dame de Lourdes, et Carême-Pâques. Il inclut également un Chemin de Croix, et offre aux malades, aux soignants, aux agents pastoraux, aux familles, aux paroisses et aux volontaires, des points de réflexion théologique, d’approfondissement pastoraux et des formules de prière, pour toute l’année.

Le but étant de « créer une communion de grâce, de prière et de charité » dans toute l’Eglise, qui voit « dans le mystère de la souffrance et dans le monde de la santé le témoignage concret et quotidien de la foi ».

La foi chrétienne en action, aux côtés de celui qui souffre, « est source non secondaire d’évangélisation et d’espérance », a souligné le secrétaire du dicastère.

Invitant de façon pressante à se procurer ce livre, le P. Chendi a indiqué que la Conférence épiscopale polonaise en avait publié 15.000 exemplaires, l’envoyant gratuitement à toutes les paroisses.

Reconnaissance spéciale envers Benoît XVI

Le P. Chendi a également longuement exprimé la reconnaissance de son dicastère pour les gestes de Benoît XVI à l’occasion de cette Journée : la « forme solennelle de la Célébration rend visible l’exercice de la responsabilité du Pasteur suprême de l’Eglise envers ceux qui souffrent », a-t-il fait observer, remerciant le pape d’avoir envoyé un représentant à Altötting, en la personne de Mgr Zygmunt Zimowski, « exprimant ainsi sa proximité pour le monde de la souffrance et pour ceux qui se prodiguent pour leur prochain ».

Il a également exprimé sa gratitude « pour le don de l’indulgence, que le pape a accordée lors de cette Journée, avec l’intention explicite qu’au cours de l’Année de la foi, se révèle une catéchèse toujours plus efficace sur le sens salvifique de la souffrance ».

Le P. Chendi a rappelé les conditions expresses pour bénéficier de l’une des deux formes d’indulgence, plénière ou partielle (cf. Zenit du 28 janvier 2013), précisant qu’à Altötting, cette invocation de miséricorde « sera enrichie par une prière mariale spéciale, écrite par la Conférence épiscopale allemande ».

Remerciant à nouveau le pape « pour tant de sensibilité et de proximité », il a invité à « puiser à la miséricorde infinie et surabondante du Père qui se réalise dans la Croix Glorieuse de son Fils Jésus », dans la certitude de « la possibilité effective et efficace que toutes les souffrances humaines, participent à la douleur rédemptrice du Seigneur ».

Mgr Zygmunt Zimowski, président du Conseil pontifical pour la pastorale de la santé, Mgr Jean-Marie Mupendawatu, secrétaire du dicastère, Mgr Ludwig Limbrunner, recteur du sanctuaire de sainte Marie des Grâces d’Altötting, et M. Jansusz Surżykiewicz, professeur à l’Université catholique d’Eichstätt, sont également intervenus lors de la conférence de presse.