Journée mondiale du Tourisme: "L'environnement est la maison de tous"

Message de Jean-Paul II

| 1012 clics

CITE DU VATICAN, Vendredi 27 septembre 2002 (ZENIT.org) - "L'environnement est la maison de tous", un bien précieux à préserver pour les générations à venir: Jean-Paul II a publié un Message sur ce thème le 25 juin dernier, en vue de cette XXIIIe Journée mondiale, consacrée cette année à "L'écotourisme, clef du développement", et célébrée le 27 septembre de chaque année, cette date marquant l'anniversaire de l'adoption des Statuts de l'Organisation mondiale du Tourisme le 27 septembre 1970..



C'est lors de sa troisième session, à Torremolinos, en Espagne, en septembre 1979, que l'Assemblée générale de l'OMT avait en effet décidé d'instituer, à compter de l'année 1980, une "Journée mondiale du tourisme" à célébrer le 27 septembre de chaque année par des manifestations adaptées au thème choisi par l'Assemblée générale sur recommandation du Conseil exécutif de l'OMT.

Jean-Paul II recommande aux touristes et aux agents du tourisme le respect de l'habitat naturel et des cultures locales.

Jean-Paul II déplore les "manques de respect dû à la création". Mais il constate que lorsqu'au lieu de se comporter en "gardiens", les hommes deviennent des "tyrans de la nature", celle-ci se "rebelle contre l'incurie de l'homme".

C'est pourquoi, le pape prône un "tourisme intelligent" qui tend à "mettre en valeur les beautés de la création et conduit l'homme à s'en approcher avec respect, en en jouissant, mais sans en altérer l'équilibre".

"Comment nier, continue le pape, que l'humanité soit aujourd'hui en train de vivre, hélas, un état d'urgence écologique? Un certain tourisme sauvage a contribué, et contribue encore à un tel massacre, y compris par le moyen des implantations touristiques construites sans une planification respectueuse de l'impact sur l'environnement".

Jean-Paul II dénonce cette dégradation, conséquence de "choix faits selon des intérêts particuliers" dans lesquels "prévaut souvent la convoitise effrénée pour l'accumulation des richesses qui empêche d'écouter le cri alarmant de la pauvreté de peuples entiers". "La recherche égoïste du bien-être personnel conduit à ignorer les attentes légitimes des générations présentes et futures", constate Jean-Paul II.

Pourtant le pape ne s'arrête pas à cette constatation inquiétante, mais souligne les raisons d'espérer déjà présentes et en particularité la nouvelle sensibilité à "l'écotourisme".

Mais pour qu'elle progresse, le pape invite à la "vigilance" car l'écotourisme aussi pourrait devenir une source "d'exploitation et de discrimination" si la "protection de l'environnement" devenait une "fin en soi", conduisant ainsi au "risque de voir naître des formes modernes de colonialisme qui lèseraient les droits traditionnels des communautés résidant dans un territoire déterminé".

Il convient par conséquent, conclut le pape, d'allier le respect de la nature et le droit de l'homme à jouir de son développement personnel".

Jean-Paul II rappelle également dans son message pour la journée du 27 septembre que l'expérience du voyage constitue une "occasion de connaissance et de sagesse puisqu'il met la personne en contact avec des peuples, des cultures, des coutumes, et des terres différentes".

La pratique du tourisme qui "aide à approfondir le dialogue et la connaissance réciproque", peut ainsi "combler les carences d'humanité dont on fait souvent l'expérience dans l'existence quotidienne".

Rappelons que le thème de cette Journée, sous l'égide de l'Organisation mondiale du Tourisme (http://www.world-tourism.org/francais/index.htm) est cette année: "Le tourisme écologique, clef du développement durable", en lien avec le choix de l'année 2002 par les Nations Unies comme année internationale du tourisme écologique.

C'est lors de sa quatorzième session à Séoul (République de Corée) et Osaka (Japon), du 24 au 29 septembre 2001, que l'Assemblée générale de l'OMT a choisi comme thème pour cette XXIIIe édition de la Journée 2002, que l'OMT célébrera au Costa Rica: "Le tourisme écologique, clef du développement durable".