Journée mondiale du Tourisme : Le point de vue du Saint-Siège

Par Mgr Marchetto

| 1029 clics

ROME, Mardi 29 août 2006 (ZENIT.org) – « Le tourisme ouvre de nouvelles possibilités de rencontre, stimule le développement, provoque aussi la panique et défie la conscience éthique », souligne Mgr Marchetto en présentant le Message de son dicastère pour la Journée mondiale du Tourisme.



Le 27 septembre a en effet été choisie par l’Organisation des Nations Unies pour la Journée mondiale du Tourisme. Chaque année, le conseil pontifical pour les Migrants et les personnes en déplacement s’associe à l’initiative par un message sur ce thème. Le secrétaire de ce dicastère, Mgr Agostino Marchetto, a évoqué le message 2006 au micro de Radio Vatican.

Nous avons publié le message, sur le thème : « Le tourisme est richesse » dans notre édition du 24 août.

« Le Saint-Siège, rappelait-il, a la possibilité d’instituer une Journée mondiale, avec sa date propre, pour ce qui concerne des thèmes, des problèmes, des questions disputées, annuellement, par la communauté internationale, par les Organismes des Nations Unies, à un jour dit. C’est le cas de la Journée mondiale de la Paix, le 1er janvier, ou celle du Migrant et du Réfugié, le 2e dimanche après l’Epiphanie, lorsque celle-ci reste célébrée le 6 janvier. Mais en d’autres circonstance, le Saint-Siège, et donc le conseil pontifical pour la Pastorale des Migrants et des personnes en déplacement par exemple, s’unissent à la célébration internationale, je dirais pour des raisons historiques, de traditions – c’est le cas de la Journée internationale de l’Organisation mondiale du Tourisme. J’ai dit notre conseil pontifical parce que dans la pastorale des personnes en déplacement comprend aussi celle des touristes ».

A propos de la « pastorale des touristes », Mgr Marchetto expliquait : « Nous participons à la sollicitude pastorale du Saint-Père, et c’est en effet la raison de notre intervention. Et si nous lisons le message, son aspect pastoral apparaît, et il est destiné spécialement à nos correspondants, aux pasteurs et aux agents pastoraux, les promoteurs épiscopaux, etc… dans les différentes conférences épiscopale et les organismes correspondants des Eglises orientales catholiques. Et cette année, le ton du document est un peu poétique, car nous sommes convaincus que la vraie poésie est capable, après la Sainte-Ecriture, de nous transmettre quelque chose de l’éternelle et toujours nouvelle beauté que le touriste peut entrevoir dans la nature qu’il contemple, et aussi, dans un certain sens, à travers le génie humain qui apparaît spécialement dans ses œuvres d’art ».

Pour ce qui est du contenu du message, Mgr Marchetto précisait que ce message développe cette affirmation initiale : « Le tourisme – un phénomène qui ouvre de nouvelles possibilités de rencontre, stimule le développement, provoque aussi la panique et défie la conscience éthique ». Ces aspects nous les avons donc repris en soulignant l’importance de la rencontre avec les personnes, en utilisant l’image du vitrail et de l’icône, une rencontre d’où pourrait naître la solidarité. En effet, « le système économique et financier n’est pas unique, mais plutôt hégémonique, non pas le seul mais l’actuel, source de grands déséquilibres », « reste l’impression d’une humanité beaucoup plus riche quand s’ouvrent aux autres les fenêtres d’un système, donnant ainsi accès aux trésors culturels, historiques, naturels, esthétiques, humains et spirituels que chaque peuple conserve plus ou moins jalousement… Le tourisme est donc richesse précisément dans la mesure où il aide donc à relativiser les systèmes dits « riches » et les ouvre à la perception d’autres formes d’« être riche ». Nous concluons que c’est l’homme « le patrimoine le plus précieux » aussi du point de vue touristique ».