Judaïsme: le dialogue est en bonne santé

Comité de Liaison Catholique-Juif à  Madrid

Rome, (Zenit.org) Patriarcat latin de Jérusalem | 279 clics

Du 13 au 17 octobre 2013 s’est tenue à Madrid la 22e rencontre du Comité International de Liaison Catholique-Juif (ILC ou IC-JLC). Cette structure interreligieuse, qui fête déjà ses 42 ans, est l’instance de dialogue la plus haute et la plus étendue entre l’Eglise catholique et le judaïsme. Elle est composée de la Commission pour les relations religieuses avec le judaïsme, émanant du Conseil Pontifical pour l’Unité, et de l’IJCIC (Comité juif international de consultations interreligieuses). Ont collaboré à l’organisation de cette édition la CEE (Conférence épiscopale espagnole) et la FGJE (Fédération des Communautés juives en Espagne), rapporte le Patriarcat latin de Jérusalem ci-dessous.

Y ont participé les délégués des entités susmentionnées, une vingtaine dans chaque délégation officielle, avec à leur tête le cardinal Kurt Koch pour l’Eglise et Mme Betty Ehrenberg pour les Juifs, la Commission pour le dialogue interreligieux de la CEE avec le Cardinal de Madrid, Antonio Maria Rouco Varela, et la Fédération des Communautés Juives en Espagne, avec le Secrétaire Général Mauricio Toledano. A ceux-ci se joignirent bon nombre d’experts et d’invités officiels, comme le Nonce Apostolique à Madrid, Mgr Renzo Fratini, l’ambassadeur d’Israël auprès du Saint-Siège, M. Zion Evrony, et le Rabbin David Rosen. Pour la Terre Sainte y ont été invités Mgr Giacinto-Boulos Marcuzzo, vicaire patriarcal latin pour Israël et évêque à Nazareth, et le père Pierbattista Pizzaballa, ofm, custode de Terre Sainte. Le Patriarche Fouad Twal s’est excusé à cause du programme stricte des visites pastorales. On comptait entre 45 et 50 participants pour les réunions plénières de travail, tandis que l’ouverture et la conclusion solennelles ont été suivies par presque deux cents personnes.

Les conférences et les ateliers

La rencontre a eu lieu à l’hôtel Intercontinental de Madrid, qui se trouve près d’une église et d’une synagogue, et assure aussi un régime alimentaire casher. Le thème général de cette rencontre concernait : « Les défis de la Foi dans la Société Moderne ». Pendant trois jours entiers, au cours de six sessions plénières, 12 conférenciers – un catholique et un autre juif pour chaque thème – ont exposé leurs idées sur les thèmes suivants : Défis de la religion dans les temps modernes, réponses catholiques et juives ; Société contemporaine, prospectives religieuses et éthiques ; Relations Catholiques-Juifs en Espagne ; Relations Israël  et Saint-Siège ;  Défis à la religion,  réalités politiques nouvelles. Le père Pizzaballa a donné une conférence sur ce dernier thème, axant principalement son argumentation sur le Moyen-Orient et les pays de la Terre Sainte.

Le programme prévoyait aussi deux sessions de trois ateliers par petits groupes dont les thèmes d’échange d’expériences, d’idées et de propositions abordaient des questions telles que : le regain de l’antisémitisme ; la violence contre les chrétiens ; les défis à la liberté religieuse. Mgr G.B. Marcuzzo était le modérateurcatholique du deuxième groupe qui s’est avéré très vivant et qui a rassemblé de nombreux participants, étant donné les circonstances dans lesquelles vivent aujourd’hui les chrétiens dans certains pays, surtout au Moyen-Orient et même en Terre Sainte. Les rapports des trois ateliers ont servi de base et de contenu pour le communiqué commun final qui a été présenté, discuté et adopté à la conclusion.

Visites, chants et musique

La rencontre comprenait aussi des moments de prière, chaque groupe dans son site spécial, des visites à des endroits significatifs et des moments musicaux. C’est ainsi que le comité a visité la Casa Séfarade de Madrid et a écouté à de très beaux chants médiévaux latins, séfarades et hébreux de ‘l’Escolania benedictina de la Santa Cruz’ et du ‘Groupe Eduardo Paniagua’, accompagnés d’instruments d’époque.

Toute la délégation a pu visiter Tolède, assez proche de Madrid, qui évoque l’Histoire espagnole, chrétienne et juive. Là, les participants ont notamment visité, entre autres, la magnifique cathédrale gothique espagnole qui contient un grand chœur en bois, finement sculpté avec des centaines de scènes bibliques, et la chapelle avec un très haut et large retable, décoré en feuilles d’or, d’une beauté admirable. Ils ont également visité l’ancien ghetto juif avec la synagogue d’El Transito et la célèbre église Santa Maria la Blanca, ancienne synagogue à cinq nefs dans le pur et beau style mauresque, transformée depuis des siècles en église catholique, aujourd’hui employée surtout comme musée. La visite s’est terminée par un passage à la ‘Real Fundacion de Toledo’ où le Professeur David Berger donna une conférence sur « l’héritage de Maïmonide pour les Juifs d’Espagne ».

La rencontre s’est terminée par la présentation du communiqué conjoint (que nous proposons ici) et par les considérations finales du cardinal Kurt Koch et la présidente Betty Ehrenberg. Tous les congressistes ont été accueillis au Centre de la Communauté juive de Madrid, par le rabbin et le président de la communauté qui leur firent visiter la synagogue et le musée, et offrirent un repas d’au revoir. Les délégués se sont donné rendez-vous dans deux ans – le pays et la ville n’ont pas été encore décidés.