Judas Iscariote s’est repenti, mais il a désespéré de la miséricorde

Audience du mercredi

| 2000 clics

ROME, Mercredi 18 octobre 2006 (ZENIT.org) – Judas Iscariote s’est repenti, mais il a désespéré de la miséricorde, a expliqué Benoît XVI qui a achevé avec cette méditation sur le sort de Judas, son cycle de catéchèses sur les Douze apôtres, dans le cadre de sa réflexion plus vaste sur la communion dans l’Eglise.



Le pape a également évoqué saint Matthias, qui a été choisi pour prendre sa place. Benoît XVI invitait les baptisés à « compenser (…) dans l’Église les défaillances de chrétiens indignes », par un « témoignage fidèle au Christ Jésus ».

« Achevant le portrait des apôtres appelés directement par Jésus, on trouve Judas Iscariote, toujours mentionné en dernier comme ‘celui qui le livra’, mais aussi désigné comme ‘l’un des Douze’. Cela suscite deux questions », disait le pape en français.

« La première, expliquait Benoît XVI, est son choix par Jésus, alors qu’il est considéré comme un voleur dans sa charge d’économe du groupe et que Jésus a sur lui un jugement dur : ‘Malheureux l’homme par qui le Fils de l’homme est livré !’ ».

« La deuxième question concerne, ajoutait le pape, les raisons de sa trahison. Certains parlent de sa cupidité, d’autres de sa déception devant le refus de Jésus d’être un messie politique. Les Évangiles insistent sur un autre aspect : ‘Le démon avait inspiré à Judas l’intention de le livrer’ ».

Mais le pape faisait observer : « Sa trahison, expression de sa liberté humaine, a conduit Jésus à la mort, transformée par ce dernier en geste d’amour salvifique. Jésus a été livré par Judas, mais il s’est livré lui-même à l’amour du Père, et saint Paul dit que ‘Dieu l’a livré pour nous tous’. Dans son mystérieux projet de salut, Dieu assume donc le geste inexcusable de Judas comme l’occasion du don total du Fils pour la rédemption du monde ».

Enfin, Benoît XVI évoquait la figure de celui qui, dans les Actes des Apôtres, a été tiré au sort par les Onze, pour prendre la place de Judas Iscariote : « Rappelons aussi la figure de Matthias, témoin dès le début de tout ce qui arriva à Jésus. Il fut élu après Pâques pour prendre la place de Judas ».

Benoît XVI tirait cette leçon du récit de saint Luc : « Que sa fidélité nous apprenne à compenser nous aussi dans l’Église les défaillances de chrétiens indignes, par notre témoignage fidèle au Christ Jésus! »

Aux visiteurs francophones, le pape disait : « J’accueille avec joie les pèlerins de langue française, en particulier les pèlerins du diocèse de Limoges, accompagnés par leur Évêque, Mgr Christophe Dufour, ainsi que les membres du chapitre des Frères du Sacré-Cœur et leur nouveau supérieur général. Que votre pèlerinage à Rome vous renforce tous dans la joie d’être disciples et témoins du Christ ressuscité! »