Juifs et chrétiens, appelés à témoigner de la paix et de la concorde

Audience à l’association « B’nai B’rith International »

| 1020 clics

ROME, Lundi 18 décembre 2006 (ZENIT.org) – Juifs et chrétiens sont appelés à être des témoins convainquants de la paix et de la concorde, par le dialogue entre eux et avec les musulmans, affirme Benoît XVI qui lance un nouvel appel à la paix en Terre Sainte.



Le pape a reçu ce matin au Vatican une délégation de l’association juive des Etats-Unis « B’nai B’rith International » fondée en 1843 pour maintenir la tradition et la culture juive et lutter contre l’antisémitisme.

La paix est une valeur dont la construction concerne de la même façon les chrétiens, les juifs et les musulmans, à l’intérieur d’une collaboration pacifique et respectueuse, a dit en substance Benoît XVI.

Le chemin tracé est celui, précisait le pape, d’un « riche héritage de foi », mis en lumière par la déclaration conciliaire Nostra Aetate, qui a eu pour effet une « transformation notable » du concept de dialogue et de respect mutuel, caractéristiques de l’état actuel des relations entre le christianisme et le judaïsme.

« Beaucoup a été fait en quarante ans de relations judéo-catholiques », se réjouissait le pape.

Appelant à la prière pour la paix en Terre Sainte, le pape ajoutait, toujours en anglais, que la paix ne peut venir que si celle-ci « intéresse de la même façon juifs, chrétiens et musulmans » et si elle s’exprime dans un « dialogue interreligieux authentique et des gestes concrets de réconciliation ».

C’est donc, continuait Benoît XVI, un défi « pour tous les croyants », que de démontrer que « ce ne sont pas la haine et la violence mais la compréhension et la coopération pacifique qui ouvrent la porte à cet avenir de justice et de paix qui est promesse et don de Dieu ».

Juifs et chrétiens en particulier, précisait le pape, « sont appelés à travailler ensemble pour guérir le monde en promouvant les valeurs spirituelles et morales qui sont à la base de nos convictions de foi ».

« Si nous donnons un exemple clair d’une coopération fructueuse, notre voix, en réponse aux besoins de la famille humaine, sera plus convaincante », a encore souligné le pape.