Jusqu´au dernier moment, on a espéré une solution pacifique

Les hostilités en Afghanistan vues par L´Osservatore Romano

| 374 clics

CITE DU VATICAN, Lundi 8 octobre 2001 (ZENIT.org) - L´Osservatore Romano en italien titre ce matin, 8 octobre: "Les Etats-Unis et la Grande Bretagne ont commencé les opérations militaires sur le territoire de l´Afghanistan". L´article affirme d´emblée: "Jusqu´au dernier moment, on avait espéré que le recours à l´action militaire puisse être conjuré".



"Depuis hier sont en cours des attaques anglo-américaines, par avions et missiles, contre des objectifs sur le territoire de l´Afghanistan, écrit le quotidien de la Cité du Vatican. Jusqu´au dernier moment, on avait espéré que le recours à l´action militaire puisse être conjuré; que la crise puisse être résolue de façon pacifique, avec la remise à la justice internationale des responsables des attaques terroristes du 11 septembre contre New York et Washington. Des attaques terrifiantes - c´est un devoir de le rappeler - qui ont provoqué la mort de plus de six mille civils désarmés".

Le quotidien rappelle à cette occasion les récents appels de Jean-Paul II et particulièrement au Kazakhstan et en Arménie. "Le 23 septembre, lors de l´angélus récité à la fin de la messe célébrée en la capitale Kazakhe, Astana, Jean-Paul II affirmait, rappelle le quotidien, que "nous ne devons pas permettre que ce qui est arrivé [les attentats du 11 septembre, ndlr] conduise à une accentuation des divisions. La religion ne doit jamais être utilisée comme prétexte de conflit". Et deux jours plus tard, lors de la cérémonie de bienvenue dans la capitale arménienne, Erevan, le Saint-Père exhortait toutes les parties concernées [en affirmant] que "la paix ne peut être construite que sur les fondations solides du respect mutuel, de la justice dans les relations entre différentes communautés et la magnanimité de la part des forts".

Le quotidien constate: "La réaction militaire contre les centrales de la terreur est lancée. Mais les responsables politiques de Washington et de Londres ne parlent pas de guerre, mais d´une opération limitée de police internationale avec des objectifs ciblés. Il s´agit encore moins d´une guerre contre le peuple afghan qui est sans faute, et dont les souffrances se prolongent depuis vingt ans. C´est moins que jamais une guerre contre l´Islam qui est - le président Bush l´a reconnu - une religion de paix. Ce n´est pas un hasard si, alors qu´elles bombardent les bases terroristes, les forces anglo-américaines effectuent des parachutages de vivres pour la population".