Kenya : Le P. Martin Addaï, MA, « une vie donnée jusqu’au bout »

Un père blanc du Ghana tué au Kenya

| 1371 clics

ROME, Mercredi 21 mars 2007 (ZENIT.org) – Le Père Martin Addaï, Père Blanc du Ghana tué à Naibori, a été « une vie donnée jusqu’au bout », souligne l’agence missionnaire italienne Misna dans cet hommage au Missionnaire d’Afrique.



« La vie du Père Martin Addai a été une vie donnée jusqu’au bout. Nous garderons toujours de lui le souvenir d’un homme accueillant, toujours prêt à l’écoute des autres, complice et fraternel »: tels sont les mots du Père Richard Baawobr, vice-supérieur général des Missionnaires d’Afrique, profondément touchés par la perte de ce confrère ghanéen tué dans la capitale kenyane, le 10 mars dernier.

« L’autopsie – rapporte le Père Baawobr à Misna – a révélé que Martin a été tué à distance rapprochée par une arme à feu de gros calibre », mais on ignore encore l’identité des agresseurs, qui ont bloqué la voiture de la victime, l’ont tué et ont laissé son corps sur le bas-côté avant de voler le véhicule, retrouvé le lendemain avec à son bord le passeport du Père Addai, de l’argent et son téléphone portable.

Les obsèques de ce Père Blanc n’auront lieu que la semaine prochaine car, explique encore à Misna le vice-supérieur de la congrégation, « les Missionnaires d’Afrique sont enterrés sur leur terre de mission et non dans leur pays d’origine ; nous sommes en train d’organiser le voyage de sa famille depuis le Ghana ».

Le Père Addai avait été ordonné prêtre en 1990 et il avait travaillé au Mozambique, dans le diocèse de Chimoio.

De 1993 à 1996 il avait vécu à Rome, où il avait obtenu une licence en théologie morale, avant de suivre un cours de spiritualité d’un an au Canada.

De retour au Mozambique il avait enseigné au Séminaire majeur de Maputo avant d’être nommé recteur du « Philosophicum » d’Ejisu, au Ghana, jusqu’en 2004.

Élu membre du Chapitre Général de 2004, il était ensuite parti pour Nairobi, où il avait été nommé recteur du séminaire de théologie.