Kenya : le Saint-Siège condamne l'attaque de deux églises

Une violence "inqualifiable" contre des chrétiens

| 1160 clics

ROME, dimanche 1er juillet 2012 (ZENIT.org) – Le P. Lombardi condamne les « violences inqualifiables » perpétrées au Kenya, dans deux églises chrétiennes, ou au moins 16 personnes ont perdu la vie, et des dizaines d’autres ont été blessées, ce dimanche 1er juillet 2012.

Des tirs de grenades et d’armes à feu ont surpris les participants de deux célébrations dominicales ce matin, dans la ville de Garissa, au nord-est du Kenya, près des frontières avec la Somalie.

La cathédrale catholique et une église appartenant à la congrégation « Africa Inland Indipendent Church » étaient visées. C’est un commando à visage couvert composé de sept personnes, divisées en deux groupes, qui a agi.

Le P. Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège, a qualifié ces « attentats sanglants » de « fait horrible et très préoccupant ».

« Il semble, a-t-il dénoncé, que l’attaque aux chrétiens réunis le dimanche devienne une méthode considérée particulièrement efficace pour la diffusion de la haine et de la peur pour les groupes de terroristes. »

Le porte-parole du Vatican a condamné fermement « la lâcheté » de la violence « à l’égard des personnes sans défense réunies pacifiquement en prière » : c’est « inqualifiable », a-t-il dit.

Il a appelé à être « proche des victimes », mais aussi à « réaffirmer et défendre résolument la liberté religieuse des chrétiens » et à « s’opposer aux actes irresponsables qui alimentent la haine entre le diverses religions ».

Enfin, il a également appelé à « agir efficacement pour une solution stable aux problèmes dramatiques de la Somalie, qui se répercutent dans la région ».

Le Conseil suprême des musulmans du Kenya a immédiatement condamné ce geste en demandant le respect des lieux de culte.

Des miliciens islamistes somaliens d’Al Shabaab sont soupçonnés. Le groupe aurait déjà perpétué des actes terroristes, après que les troupes de Nairobi soient entrées en Somalie en octobre 2011.