Kenya : Urgence humanitaire du fait des inondations

Fides tire la sonnette d’alarme

| 1663 clics

ROME, Vendredi 8 janvier 2010 (ZENIT.org) - Plus de 30.000 personnes ont un urgent besoin d'aide à cause des inondations qui frappent le Kenya annonce l'agence missionnaire vaticane Fides qui tire la sonnette d'alarme.

Selon la Croix Rouge du Kenya (KRCS), suite aux pluies qui ont provoqué de graves inondations dans le pays, près de 30.000 personnes ont un urgent besoin d'aide de tout genre, nourriture, eau, services médicaux. Des milliers de personnes ont été contraintes d'abandonner leurs habitations, les routes et les ponts ont été détruits ou gravement endommagés, isolant les habitants et les laissant sans vivres, et les exposant au risque d'épidémies de choléra.

La KRCS a commencé à distribuer au Turkana et au Nakuru du linge, des moustiquaires, des ustensiles de cuisine, du savon, des désinfectants et des jerricanes pour l'eau. La situation est très grave et risque de devenir une véritable catastrophe pour l'environnement.

Dans plusieurs régions les routes ont été complètement balayées, et selon le National Disaster Operation Centre (NDOC), le nombre de morts enregistrés jusqu'à maintenant est de 21. La zone la plus gravement touchée par les inondations est la région de la North Rift Valley.

Dans le district de Turkana East, cinq personnes sont mortes, cinq ponts, de nombreuses habitations et des usines ont été détruits, et des centaines de têtes de bétail ont été perdues. La responsable de l'UNICEF pour cette urgence a dit que leur engagement était d'être concentrés sur les cas de maladies diarrhéiques et sur le choléra à Lokori, East Turkana, zone déjà touchée par une épidémie récente, et qui voit la situation empirer.

Selon les résidents locaux, les routes pour Baragoi à Samburu et Kargi à Marsabit, dans la Province occidentale, sont inaccessibles. Des centaines d'enfants de Marsabit ne peuvent pas aller à l'école. Dans le district de Laikipia, où il pleut depuis le 3 janvier, plus de 200 familles ont été évacuées, leurs habitations et les produits agricoles détruits. Selon les prévisions, les pluies continueront jusqu'à la première semaine de février.