L’actualité d’Humanae Vitae, par le P. Alain Mattheeuws

40e anniversaire de l’encyclique de Paul VI

| 1828 clics

ROME, Jeudi 2 octobre 2008 (ZENIT.org) - « La conception de l'enfant s'inscrit dans la fécondité spirituelle et sacramentelle d'un couple , mais celle-ci ne se réduit pas à la présence des enfants », rappelle le P. Matteuuws.

A l'occasion du 40e anniversaire de la promulgation de l'encyclique de Paul VI, « Humanae vitæ » (25 juillet1968), le P. Alain Mattheeuws, jésuite belge, revient en effet sur l'importance de ce document du magistère.

Après avoir défendu sa thèse en théologie morale à l'Institut Catholique de Toulouse, le P. Mattheeuws est devenu professeur ordinaire de théologie morale et sacramentaire à la Faculté de Théologie de la Compagnie de Jésus à Bruxelles (Institut d'Etudes théologiques). Sa première étude publiée concernait la genèse de la doctrine du mariage concernant l'acte conjugal : « Union et Procréation. Développements de la doctrine des fins du mariage » (Cerf, 2006). Le livre est préfacé par le cardinal G. Danneels. Publié en français, il a été traduit dans d'autres langues.

Carine Brochier - La question de la contraception est-elle si importante ?

P. Mattheeuws - Certains acceptent encore d'en parler, d'autres nient que ce soit encore une question éthique. Que ce soit sous forme de déni ou de refus, d'acceptation paisible ou douloureuse, la réalité d'une possible dissociation des significations unitive et procréative de l'acte conjugal, reste bien présente dans la vie et la conscience des hommes et des femmes de notre temps. L'enjeu n'est pas celui des slogans ou des statistiques : « l'Eglise est contre la pilule » ou bien « la plupart des couples chrétiens ont une contraception chimique ». Signalons au passage que le mot « contraception » n'apparaît pas dans l'encyclique ! L'enjeu est celui d'une bonne ou meilleure compréhension de la grandeur de l'acte conjugal et de la signification des corps sexués. L'homme et la femme ont une grande responsabilité lorsqu'ils posent cet acte qui les unit aussi au Créateur. Quelle est la vérité de cette union intime et personnelle ? Est-il possible de faire le bien en se donnant charnellement et ainsi de grandir en sainteté dans la relation conjugale et parentale ?

C. Brochier - Pourriez-vous nous rappeler-nous les affirmations décisives de l'encyclique ?

P. Mattheeuws - Du point de vue doctrinal, Humanae vitae affirme que « chaque acte conjugal doit rester ouvert à la transmission de la vie humaine » (HV n°11). Il s'agit de respecter « le lien indissoluble que Dieu a voulu et que l'homme ne peut rompre de son initiative, entre les deux significations de l'acte conjugal : union et procréation » (HV n°12). Du point de vue doctrinal et pastoral, les implications morales sont les suivantes : que « le couple ne se pose pas en maître de la vie humaine mais plutôt en ministre du dessein établi par le Créateur » (HV n°13). Poser l'acte conjugal en période infertile reste une expression de l'amour car il est « ordonné à exprimer et consolider l'union des conjoints » (HV n°11). Les deux significations « unitive et procréative » ne sont pas des fonctions biologiques mais des traits essentiels de l'acte à respecter. Cette présence simultanée des deux significations authentifie la vérité du don conjugal. C'est pourquoi il faut éviter « toute action qui, soit en prévision de l'acte conjugal, soit dans son déroulement, soit dans le développement de ses conséquences naturelles, se proposerait comme but ou comme moyen de rendre impossible la procréation » (HV n°14, repris par Familiaris consortio n°32). Ce qui dissocie les significations de l'acte conjugal n'est jamais un « bien ». La responsabilité du ou des époux est toujours engagée mais de manières très diverses : disons-le clairement.

C. Brochier - N'est-ce pas une question d'ordre privé, intime, personnel ?

P. Mattheeuws - Certainement, et il faut veiller à en parler avec tact, discrétion et pudeur dans les échanges pastoraux entre couples et aussi avec des célibataires, conseillers conjugaux ou spirituels. Il y a divers langages pour parler de la même question et il est bon de les respecter. Pour la même vérité, le langage est différent dans l'enseignement, la recherche, le dialogue personnel ou le sacrement de réconciliation. N'oublions pas que la question spirituelle ou morale n'est pas seulement celle d'un conjoint. Elle dépasse déjà le cadre strictement privé et individuel pour les époux. Bien sûr, il est bon et indispensable qu'ils puissent parler ensemble de la manière dont ils exercent leur parenté responsable, ou pour mieux dire, parler de la manière dont ils sont « responsables de la paternité » de Dieu. Car la régulation des naissances dans l'acte conjugal concerne le Créateur. La plupart du temps, dans les débats, les témoignages et les arguments utilisés, le grand absent, c'est Dieu. La plupart d'entre nous, peinons à « voir » combien l'acte conjugal est un « signe » de l'amour divin dans l'histoire humaine et qu'il y est présent. Sa présence discrète, mais ultimement décisive pour l'union et la procréation, est à respecter. Dans la manière de poser l'acte conjugal, l'homme et la femme accueillent ou refusent une présence divine dans l'histoire. Personne ne vient à l'existence sans avoir été voulu par Dieu. Toute procréation humaine suppose une intervention créatrice de Dieu. Nos actes humains correspondent-ils à la grandeur de l'acte Créateur ? Telle est la question : elle atteint une profondeur infinie dans cette intimité des corps et dépasse ainsi l'ordre des sphères du privé et du public. Les époux sont les coopérateurs de l'amour de Dieu dans l'histoire humaine.

C. Brochier - Pourquoi tant de difficultés à comprendre le message ?

P. Mattheeuws - Les causes sont multiples, mais il faut éviter de juger les personnes. Ces difficultés peuvent aussi varier suivant les générations et les couples. Il est instructif de relire les principaux documents des conférences épiscopales au moment de la publication de l'encyclique. Ne faisons pas cependant d'anachronisme : nous ne sommes plus en 1968 ! Aujourd'hui, je soulignerais trois points : une ignorance et une méconnaissance des enseignements de l'Eglise, un appauvrissement de la compréhension des expressions de l'amour conjugal souvent réduites à l'acte sexuel, une peur réelle de donner la vie car elle n'a plus toujours une signification éternelle.

            Pour rendre compte de l'ampleur de la difficulté à travers le temps, j'ajouterais deux points. Il me semble qu'Humanae vitae en 1968, ainsi que d'autres textes de Jean-Paul II par la suite, commencent à expliciter un enseignement renouvelé de la beauté et de la grandeur de l'acte conjugal. Qui dit grandeur, dit exigence spirituelle. Cette « nouveauté » est dans la tradition, mais elle s'est révélée comme « neuve » à notre époque. Je dirais même qu'on a assisté à une continuité évolutive qui concerne non pas le dogme mais un point précis de la doctrine morale concernant l'amour conjugal. Il est normal qu'il faille du temps à l'Eglise comme corps pour intégrer ce « nouvel » apport de la Révélation.

            Par ailleurs, les aspects techniques ou les argumentations qui entourent l'intuition d'Humanae vitæ cachent parfois un point central : s'il s'agit vraiment d'un enjeu vital, d'une manière décisive d'aimer Dieu et le conjoint, il est clair que les difficultés à vivre ce qui est proposé et à l'intégrer en profondeur sont signes d'un combat spirituel et non pas d'un malentendu, d'une argumentation défaillante ou d'une incompréhension des situations historiques. L'horizon de la civilisation de l'amour et du respect de la vie éclaire pour chacun de nous l'enjeu de ce combat spirituel.

C. Brochier - Est-ce une affaire de conscience pour les chrétiens ?

P. Mattheeuws - La conscience d'un chrétien n'est ni une île ni une caverne : elle s'éclaire d'un enseignement qui vient toujours d'au-delà d'elle-même. La conscience chrétienne est toujours « dépassée » par une révélation qui vient d'ailleurs : elle s'appartient dans l'abandon d'elle-même et dans la libre démaîtrise. C'est le sens profond du baptême, où nous ne revêtons pas le Christ de manière superficielle et extérieure. Notre conscience est en communion avec ce que disent et pensent les autres membres du peuple chrétien. Sur le point de la contraception, cette communion est souvent incompréhension ou division. La conscience tend à rester en communion avec l'enseignement ecclésial. Cette lumière est dès lors décisive. Chacun de nous ne peut pas - sans erreur et sans dommage pour lui et pour les autres - juger juste et bon ce que l'Eglise déclare contraire au bien commun et à l'économie sacramentelle. Le « mal » moral non perçu comme mal reste un mal et « fait mal ».

Le Concile Vatican II a affirmé que la conscience est un « sanctuaire » personnel. Cette expression souligne l'intimité du jugement ultime de chacun. Elle dit aussi comment Dieu est intime à ce jugement. Ce sanctuaire où s'élabore un jugement et où se prend une décision, appartient à Dieu : il est le lieu d'une prière qui peut lui être adressée, que ce soit dans le jugement, la réflexion, la décision. Il y est présent. Il l'habite. Dieu est proche de celui qui se décide. Il le fait avec discrétion et amour. A nous d'observer comment l'Esprit saint illumine notre esprit pour nous donner de comprendre toute l'amplitude de l'amour dont nous pouvons vivre.

C. Brochier - Ne faudrait-il pas une nouvelle encyclique sur cette question ?

P. Mattheeuws - La question est posée par certains chercheurs et par des pasteurs. On me la pose régulièrement. Je ne crois pas que ce soit nécessaire en ce moment. Nous n'avons pas encore intégré, en région francophone et occidentale, tous les apports réflexifs du Pontificat de Jean-Paul II. Nous découvrons à peine, surtout dans les nouvelles générations, la beauté de sa théologie du corps et les intuitions personnalistes de sa pensée. Nous ne mesurons pas assez la profondeur de sa vision trinitaire de la Création ni les conséquences de sa vision du « don » dans l'acte libre de celui qui cherche à faire le bien.

J'invite pour ma part ceux et celles qui sont de bonne volonté à suivre le chemin tracé par les catéchèses de Jean-Paul II. Ensuite, je les convie à réfléchir à partir de la présentation « unifiante » de l'amour faite par Benoît XVI dans son encyclique Deus caritas est. L'amour est « un » et ses dimensions diverses, particulièrement l'éros, acquièrent leur statut dans la personne unifiée et dans une relation conjugale qui respecte cette unité de la personne et du couple.

C. Brochier - Que pensez-vous des méthodes naturelles pour une paternité et une maternité responsables ?

P. Mattheeuws - En quelques années, les recherches se sont fort bien développées dans ce domaine. La plupart de ces méthodes sont reconnues scientifiquement fiables, mais elles sont peu connues du grand public et peu enseignées. C'est vraiment dommage. Par ailleurs, j'attirerais l'attention sur trois points en ce qui concerne les méthodes. Ce n'est pas leur caractère « naturel » qui les rend catholiques. Il vaut mieux parler de méthodes d'auto-observation. Elles comportent d'ailleurs toutes un aspect « artificiel ». La nature pure est un mirage et l'adjectif « naturel » n'est pas à soi seul un argument.

Par ailleurs, du point de vue moral, ce n'est pas la méthode (l'objet matériel) qui rend un acte « bon » ou mauvais. Il n'y a pas de méthode « catho ». Il y a des méthodes qui permettent de respecter le « lien indissoluble des deux significations de l'acte » et que les époux peuvent utiliser à bon escient.

Un dernier point : mon expérience pastorale et de nombreux témoignages montrent que parmi les méthodes « naturelles », certaines conviennent mieux à tel couple, à telle épouse, et pas à d'autres. Il s'agit donc de chercher celle qui s'adapte au mieux. Il ne faut pas « absolutiser » l'usage d'une méthode ni surtout, dans la vie pastorale, se disputer entre chrétiens sur l'efficacité d'une méthode. La sagesse et la prudence doivent s'exercer également dans ce domaine.

C. Brochier - Le point difficile, n'est-ce pas la continence périodique que supposent toutes les méthodes « naturelles » ?

P. Mattheeuws - Oui, c'est le plus souvent une difficulté de la vie conjugale puisqu'il faut dialoguer et prévoir, si on a le désir de postposer une naissance, de ne pas s'unir durant les périodes fécondes. Le défi premier est la maîtrise du désir et la libre décision à prendre. Mais plus profondément (en morale fondamentale), ce qui est en jeu, ce n'est pas une « pratique » ni une « vertu », mais la bonté d'un acte. La continence périodique n'est pas « négative » : elle est positive. L'abstention d'une relation conjugale est aussi une manière d'exprimer son amour. L'acte conjugal est un signe privilégié de l'amour dans le mariage, mais son abstention peut également, dans certaines circonstances, être un signe d'amour. L'abstention est un comportement bon, choisi pour un temps. Il vise à dire l'amour pour autrui. Il vise la vérité de l'amour mutuel. La continence périodique n'introduit pas de division dans la personne et dans l'amour qui s'offre. Dans la continence périodique, les époux ne s'aiment pas moins : ils continuent à dire en leur corps ce qu'ils veulent se dire : leur amour. L'abstention de relations sexuelles comporte en raison la décision de ne pas générer d'enfants et de rester dans la vérité du langage de l'amour.

C. Brochier - Selon vous, quels sont les point délicats, peut-être encore à approfondir ?

P. Mattheeuws - Ils sont nombreux, tant du point de vue doctrinal que pastoral. S'ils sont à approfondir, cela ne signifie pas que la doctrine enseignée est fausse ! Au contraire, c'est la richesse de l'intuition et des affirmations de Paul VI qui poussent à réfléchir et à vivre.

Comment tout d'abord ne pas identifier la fécondité d'un couple ou d'une famille à la seule procréation des enfants ? Il convient de montrer l'ampleur de la fécondité spirituelle et sacramentelle d'un couple : la conception de l'enfant s'inscrit dans cette fécondité, mais celle-ci ne se réduit pas à la présence des enfants (1). L'acte conjugal, posé dans le mariage est un acte commun aux époux, mais leur conscience n'épouse pas de la même manière la décision d'unir ou de dissocier les significations « unitives et procréatives ». Il n'y a jamais fusion des consciences des époux : le vade-mecum sur le sacrement de réconciliation l'explique très bien (2). Les méthodes dites « naturelles » ne qualifient pas ultimement ce que font les époux : ils peuvent être respectueux de la méthode avec une réelle intention contraceptive (3). Comment appliquer avec justesse la fameuse « loi de gradualité » dont parle Familiaris consortio n°34 à cette situation conjugale (4) ? Dans ce contexte, quelle est la valeur visée dans la continence périodique ? Quelle est la place de Dieu dans l'union conjugale ? L'ouverture à la vie est-elle toujours possible (5) ? Quels liens tisser historiquement entre le refus de la doctrine d'Humanae vitae et l'anti-life mentality ? Comment cette « nouvelle » exigence éthique de l'encyclique (en 1968) montre-t-elle encore son actualité à l'intérieur des nouveaux débats bioéthiques (6) ?

C. Brochier - Un dernier souhait ?

P. Mattheeuws - Que la conscience chrétienne visite à nouveau cette période difficile de l'Eglise et découvre la richesse de la personnalité de Paul VI. Ce pape courageux, d'une grande intelligence et délicatesse de cœur mérite qu'on le connaisse mieux. Qu'on puisse voir tout ce qu'il a fait sans réduire toute son action à la promulgation d'Humanae vitæ et aux critiques qu'on lui a faites. On percevra ainsi son souci des pauvres et du respect de leur dignité personnelle, en lien avec Populorum progressio. Les questions sont d'ailleurs liées entre elles. Et pour ceux et celle qui le peuvent, qu'ils lisent le discours de Paul VI aux Equipes Notre Dame (1970) : ils y trouveront un commentaire personnel que le pape fait de son encyclique Humanae vitæ. Il témoigne de sa bienveillante bonté.