L’adoration eucharistique, première condition de la nouvelle évangélisation

Mgr Rey évoque le colloque « Adoratio 2011 »

| 2729 clics

ROME, Vendredi 24 juin 2011 (ZENIT.org) – L’adoration est la première condition de la nouvelle évangélisation, a affirmé à la rédaction française de Radio VaticanMgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, à l’initiative du colloque international « Adoratio 2011 » organisé à Rome par les Missionnaires du Très Saint-Sacrement.

Cette manifestation, qui s'est achevée le 24 juin à Rome, a rassemblé 300 congressistes de 38 nationalités. « Adoratio 2011 » a proposé 14 conférences, des carrefours, la célébration de la messe sous la forme ordinaire et extraordinaire, ainsi que l’adoration de nuit, rapporte Radio Vatican.

Le colloque s’est conclu le 24 juin au soir avec la célébration de la Fête Dieu autour de Benoît XVI à Saint-Jean-de-Latran, suivie de la procession eucharistique vers Sainte-Marie-Majeure.

« L’évangélisation et donc la nouvelle évangélisation a sa source dans l’eucharistie », a affirmé Mgr Rey. « Jean-Paul II parlait de l’eucharistie comme le sacrement le plus missionnaire qu’il soit. De ce fait, réfléchir sur la nouvelle évangélisation, c’est revenir à la source de la mission qui se trouve dans le corps et le sang du Christ ».

« Il y a dans l’essence même de ce sacrement une dimension de proclamation de notre foi. Il y a une force spirituelle, sacramentelle, par laquelle se réalise la présence du Christ ». Ainsi, « dans l’eucharistie, nous puisons la force spirituelle et sacramentelle de témoigner que Jésus est vraiment présent ».

Le missionnaire, a poursuivi Mgr Rey sur Radio Vatican, « vient puiser à la source de l’eucharistie pour ensuite se mettre en posture d’annonce dans la société dans laquelle nous nous trouvons ».

« Aujourd’hui, on peut parler de nouvelle évangélisation ». « On voit bien qu’il y a tout un courant de nouvelles générations qui sont à la fois des adorateurs et des missionnaires. Des jeunes, qui sont dans un monde où l’on parle beaucoup, qui ont besoin de retrouver des lieux d’intériorité », a-t-il conclu. « C’est à partir de cette source de prière, de cœur à cœur avec le Seigneur, de rencontres très intimes, que leur désir d’annoncer le Christ se façonne et se déploie ».