L’anneau cardinalice offert à la Vierge noire d’Altötting

« Je me sens vraiment à la maison », affirme Benoît XVI

| 996 clics

ROME, Mardi 12 septembre 2006 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI a offert l’anneau cardinalice de Joseph Ratzinger à la Vierge noire du sanctuaire bavarois d’Altötting.



Au terme de la célébration eucharistique sur l’esplanade du sanctuaire – que Joseph Ratzinger a fréquenté dès l’âge de 7 ans, en famille, puis comme séminariste, prêtre, professeur, cardinal-archevêque, comme préfet de la doctrine de la foi – le pape Benoît XVI a en effet accompli ce geste qui tisse un lien symbolique supplémentaire entre le Successeur de Pierre et le « cœur marial » de sa Bavière natale.

Cet anneau, le cardinal Joseph Ratzinger l’avait reçu du pape Paul VI le 28 juin 1977, peu après sa nomination comme archevêque de Munich-Freising : il avait été consacré le 28 mai à Munich.

Jusqu’ici cet anneau avait été confié aux mains de Monseigneur Georg Ratzinger, frère aîné du pape, qui vit habituellement à Ratisbonne. Hier matin, ce dernier l’avait apporté avec lui pour la visite de Benoît XVI à la Chapelle des grâces et la messe sur l’esplanade du sanctuaire, afin que le pape puisse l’offrir à la Vierge Marie.

Le pape l’a déposé dans un étui au pied de la statue. Il devrait être cousu sur l’une des robes ornées de pierres précieuses, comme c’est la tradition pour les ex-voto précieux offerts par les fidèles en reconnaissance des grâces obtenues. L’anneau du pape est en quelque sorte un ex-voto pour les grâces reçues et une trace de sa supplication pour la suite de son ministère.

La statue de la Vierge noire à l’Enfant d’Altötting date du XIVe siècle : elle a été placée là, dans la « Chapelle des Grâces » en 1330. En 1489, Altötting devint fameuse, en Allemagne et en Europe centrale, à la suite de deux apparitions de la Vierge Marie. En 1670, l’autel où la statue était conservée fut enrichi de décorations en argent et actuellement plus de deux mille ex-voto y sont visibles dans la chapelle et dans le porche d’accès. Mais comme ils sont plus nombreux encore, on les expose tour à tour.

La chapelle conserve aussi dans des urnes d’argent les cœurs de rois de Bavière et d’autres membres importants de la famille des Wittelsbach, signe de la confiance des souverains bavarois dans l’intercession de la Vierge Marie.

Rappelons que Joseph Ratzinger a vécu son enfance, son adolescence, et a suivi sa formation, en Bavière : c’est là aussi qu’il a été ordonné prêtre, en la cathédrale de Munich, le 29 juin 1951 avec son frère, qu’il a été prêtre et professeur de théologie, puis archevêque, à partir du 24 mars 1977, et cardinal, jusqu’à son départ pour Rome, le 15 février 1982.

Il a été accueilli à Altötting par son frère et par l’évêque, Mgr Wilhelm Schraml qui disait devant quelque 60.000 visiteurs : « Bienvenu à la maison, Saint-Père ! (..) Nous nous souvenons avec fierté que vous êtes né dans notre diocèse ! »

« Je me sens vraiment à la maison, dans un sens vraiment profond, répondait le pape, non seulement parce que je suis dans ma patrie d’origine, mais aussi parce que je me sens uni à ma Mère. (…) Là où il y a la Mère de Dieu, nous nous sentons tous chez nous ».