L'Année de la foi, avec le concile Vatican II pour boussole

Document de la Congrégation pour la doctrine de la foi

| 3863 clics

ROME, dimanche 8 janvier 2012 (ZENIT.org) – L’Année de la foi (2012-2013) aura pour boussole le concile Vatican II et le Catéchisme de l’Eglise catholique.

Après avoir publié un communiqué annonçant ce document (cf. Zenit du 5 janvier 2012), la Congrégation pour la doctrine de la foi a publié, samedi, 7 janvier, le texte intégral de cette « Note avec indications pastorales pour l’Année de la foi » (cf. Ci-dessous, « Documents »).

La « Note » annonce notamment la mise en place d'un "Comité" pour coordonner les initiatives à dimension universelle: il dépendra du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation. Les initiatives sont aussi encouragées aux différents niveaux des conférences épiscopales, puis des diocèses, et enfin des paroisses, associations, mouvements, etc.

« Avec la Lettre apostolique « Porta fidei » du 11 octobre 2011, le Saint-Père Benoît XVI a proclamé une Année de la foi. Elle s’ouvrira le 11 octobre 2012, pour le cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile œcuménique Vatican II, et s’achèvera le 24 novembre 2013, Solennité de Notre Seigneur Jésus-Christ, Roi de l’univers », rappelle le document.

La rencontre du Christ

Cette année, indique l’introduction de la Note, devra favoriser chez les catholiques une compréhension plus profonde du « fondement de la foi chrétienne » qui est « la rencontre avec un événement, avec une Personne, qui donne à la vie un nouvel horizon et par là son orientation décisive ».

« Fondée sur la rencontre avec Jésus-Christ ressuscité, la foi pourra être redécouverte dans son intégrité et dans toute sa splendeur. « De nos jours aussi, la foi est un don à redécouvrir, à cultiver et dont il faut témoigner », afin que le Seigneur « accorde à chacun de nous de vivre la beauté et la joie d’être chrétiens », souligne encore le document.

Surtout, le « Note » insiste sur le fait que « le début de l’Année de la foi coïncide avec le souvenir reconnaissant de deux grands événements qui ont marqué le visage de l’Église en nos jours : le cinquantième anniversaire de l’ouverture du Concile Vatican II, voulu par le bienheureux Jean XXIII (11 octobre 1962) et le vingtième anniversaire de la promulgation du Catéchisme de l’Église catholique, offert à l’Église par le bienheureux Jean-Paul II (11 octobre 1992) ».

Une herméneutique de la « réforme »

A propos de la réception du concile, la Note rappelle les recommandations de Benoît XVI : « Depuis le début de son pontificat, le Pape Benoît XVI s’est engagé fermement en faveur d’une juste compréhension du Concile, repoussant comme erronée la dénommée « herméneutique de la discontinuité et de la rupture » et promouvant celle qu’il a lui-même appelée « l’"herméneutique de la réforme", du renouveau dans la continuité de l’unique sujet-Église, que le Seigneur nous a donné ; c’est un sujet qui grandit dans le temps et qui se développe, restant cependant toujours le même, l’unique sujet du Peuple de Dieu en marche ».

A propos du Catéchisme de l’Église catholique, l’année de la foi devrait aussi favoriser sa réception en rappelant son origine : « Le Synode extraordinaire des évêques en 1985, convoqué à l’occasion du vingtième anniversaire de la clôture du Concile Vatican II et pour effectuer un bilan de sa réception, a suggéré de préparer ce Catéchisme afin d’offrir au peuple de Dieu un compendium de toute la doctrine catholique et un texte de référence sûr pour les catéchismes locaux ».

Une suggestion accueillie par le pape Jean-Paul II. Il a été « rédigé en collaboration avec l’épiscopat entier de l’Église catholique, ce Catéchisme « exprime véritablement ce qu’on peut appeler la " symphonie" de la foi ». »

« Ce Catéchisme, insiste la Note, est « un instrument valable et autorisé au service de la communion ecclésiale » et « une norme sûre pour l’enseignement de la foi ». Les contenus de la foi trouvent en lui « leur synthèse systématique et organique. Ici, en effet, émerge la richesse d’enseignement que l’Église a accueilli, gardé et offert au cours de ses deux mille ans d’histoire. De la sainte Écriture aux Pères de l’Église, des Maîtres de théologie aux Saints qui ont traversé les siècles, le Catéchisme offre une mémoire permanente des nombreuses façons dans lesquelles l’Église a médité sur la foi et produit un progrès dans la doctrine pour donner certitude aux croyants dans leur vie de foi ». »

La conversion des catholiques

Mais surtout, la congrégation espère de cette Année de la foi des fruits de conversion des catholiques à la personne du Christ Jésus : « L’Année de la foi veut contribuer à une conversion renouvelée au Seigneur Jésus et à la redécouverte de la foi, afin que tous les membres de l’Église soient des témoins crédibles et joyeux du Seigneur ressuscité dans le monde d’aujourd’hui, capables d’indiquer aux nombreuses personnes en recherche la "porte de la foi". »

Enfin, toujours dans son introduction, la Note précise son autorité : « Par mandat du Pape Benoît XVI, la Congrégation pour la Doctrine de la Foi a rédigé, en accord avec les Dicastères compétents du Saint-Siège et avec la contribution du Comité pour la préparation de l’Année de la foi, la présente Note accompagnée de quelques indications pour vivre ce temps de grâce, sans exclure d’autres propositions que l’Esprit Saint voudra susciter parmi les pasteurs et les fidèles dans les différentes parties du monde ».

ASB