L'Année de la foi, caractéristique du pontificat de Benoît XVI

Analyse du P. Federico Lombardi

| 2342 clics

ROME, mercredi 26 octobre 2011 (ZENIT.org) – « L’Année de la Foi doit être considérée comme une nouvelle initiative caractérisant le pontificat de Benoît XVI » affirme le père Federico Lombardi, directeur de la salle de presse du Saint-Siège.

« Benoît XVI se souvient du 20e anniversaire de la publication du Catéchisme de l’Eglise catholique » a ajouté le porte-parole du Vatican dans son éditorial pour Octava Dies, l’hebdomadaire d’information de la télévision vaticane.

A la lecture de la lettre apostolique de Benoît XVI publiée pour l’Année de la Foi, le père Lombardi se souvient du premier discours de Benoît XVI dans la chapelle Sixtine, au lendemain de son élection. Le pape avait alors insisté sur « l’exigence de redécouvrir le chemin de la foi pour mettre en lumière avec toujours plus d’évidence la joie et l’enthousiasme renouvelé de la rencontre avec le Christ ». Il revient également à la mémoire du père Lombardi « tout le discours donné durant le dernier voyage de Benoît XVI en Allemagne, et l’institution du dicastère pour la nouvelle évangélisation ». C’est donc de toutes ces impulsions que découle l’Année de la Foi, qui « doit être considérée comme une nouvelle initiative caractérisant son pontificat », indique le père Lombardi.

Le père Lombardi fait remarquer que cette initiative n’est pas sans lien non plus « avec le 20e anniversaire de la publication du Catéchisme de l’Eglise catholique, œuvre de grand courage, voulue fermement par Jean-Paul II par fidélité au Concile, pour dire aujourd’hui notre foi de la façon la plus complète, cohérente et claire possible », et qui constitue un « outil de référence précieux, que celui qui était alors le cardinal Ratzinger connaît très bien, étant donné qu’il y a participé de façon déterminante. »

Le directeur de la salle de presse du Saint-Siège rappelle aussi que « le pape relie étroitement l’Année de la Foi au 50e anniversaire de Vatican II » : « Il est juste, commente-t-il, que l’héritage très riche de Vatican II, et sa mise en pratique par le peuple de Dieu dans ses diverses composantes, continue d’être efficacement guidée par le pape, de la même manière que le Concile avait été guidé par les papes dans sa réalisation, et considéré comme « boussole » pour l’Eglise en marche. »

Le père Lombardi pense que « l’année sera surtout une nouvelle étape de l’histoire, d’un chemin de vie qui vient de loin, de la création du monde, d’Abraham et Moïse, de David et des prophètes, dans le sillage duquel se tiennent Marie, les apôtres, les martyrs et les saints, et sur lequel le pape nous exhorte à nous tenir aussi « les yeux fixés sur Jésus, qui est à l’origine et au terme de la foi (Hb 12,2)». »

Et il termine son éditorial en concluant : « Qu’est-ce que le pasteur du peuple de Dieu devrait nous dire de plus important ? »

Au cours d’une messe célébrée pour les « nouveaux évangélisateurs » du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, Benoît XVI a annoncé, le 16 octobre dernier, le lancement de « l’Année de la foi » - du 11 octobre 2012 au 24 novembre 2013. Il s’agit d’une initiative pensée « pour donner une nouvelle impulsion à la mission de l’Eglise de conduire les hommes hors du désert dans lequel ils se trouvent souvent », vers « l’amitié avec le Christ », a indiqué le pape.

Anne Kurian