L'archevêque de Rio plaide pour une démocratie participative

"Le rêve de tous de justice, de paix et de réconciliation"

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 612 clics

L'archevêque de Rio de Janeiro, Mgr Orani Joao Tempesta, appelle de ses voeux un "renouveau de la démocratie participative" de façon à "faire grandir la conscience nationale en créant plus d'espaces pour la participation politique", "une démocratie dans laquelle tous aient une voix et à laquelle tous participent", au nom du "le rêve de tous de justice, de paix et de réconciliation".

L'archevêque a en effet accueilli le pape et les personnalités présentes à la rencontre avec les cultures du Brésil au Théâtre de Rio, ce samedi, 27 juillet, à 11 h 30 (16 h 30 à Rome).

Discours de Mgr Orani Joao Tempesta


Votre Sainteté,

Chers représentants des pouvoirs judiciaire, législatif et exécutif,

Bien-aimés frères et sœurs de différentes confessions chrétiennes et des autres religions, 

Chers représentants du monde de l'art, de la science, du sport, de la culture, bien-aimés membres d'organisations de la société civile,

Autorités militaires,

Chers membres des médias,

Dans ce théâtre se reflète une bonne partie de la société brésilienne, les différents acteurs sociaux des domaines les plus divers ouverts au dialogue pour une société plus juste, plus fraternelle, plus libre, dans une profonde unité avec les idéaux chrétiens.

Ce théâtre a été témoin de nombreux événements qui sont importants pour toute la société "carioca" et aussi pour le pays. Puisse cet endroit continuer à aider à fortifier la démocratie basée sur le dialogue, le bien commun et la fin de l'inégalité sociale.

L'Eglise, dans sa marche historique, sans pour autant renoncer à sa mission évangélisatrice et, en conséquence de cette même [mission, essaye de dialoguer avec toute la société pour contribuer à bâtir un monde plus juste et plus fraternel. Les profondes transformations culturelles de notre «changement d'époque» nous font entrevoir un nouveau moment historique auquel nous voulons participer.

Ces dernières semaines, nous avons vu des manifestations de citoyens brésiliens, dans la grande majorité des jeunes, qui revendiquaient un pays plus juste et plus équitable, une vie plus fraternelle et plus digne. Ce leadership de la jeunesse a créé chez tous l'espérance que le sens civique, démocratique et national, sans violence, représente la voie pour surmonter les difficultés que nous vivons dans notre cher Brésil.

Nous avons la certitude que la présence de la société civile, agissant en tant que protagoniste, renforcera le renouveau de la démocratie participative et aidera à faire grandir la conscience nationale en créant plus d'espaces pour la participation politique. "Ces groupes prennent conscience du pouvoir qu'ils ont dans entre leurs mains, ainsi que de la possibilité de produire des changements importants afin d'obtenir des politiques publiques plus justes et capables de guérir leur situation d'exclusion" (Document d'Aparecida, 75).

La participation politique, consciente dans la recherche du bien commun, doit être la boussole dans chaque débat, de chaque événement. Il y a, même parmi nous qui sommes ici, des opinions différentes sur la façon de rechercher une démocratie dans laquelle tous aient une voix et à laquelle tous participent. Même si nous avons des regards différents sur la réalité de notre société, un point devrait être commun à tous: la recherche obstinée de la mise en valeur de l'être humain, en particulier les segments les plus faibles. Nous avons besoin d'affirmer - et nous devons le faire - le rêve de tous de justice, de paix et de réconciliation.

Je vous remercie tous et chacun de votre présence. Puisse cette rencontre nous aider à unir nos regards dans une même direction, même si les intérêts sont différents, de façon à construire un monde meilleur pour nous-mêmes et pour les nouvelles générations.

Traduction, Anita Bourdin