L'art au service de la vie

Lancement du concours Unesco

Rome, (Zenit.org) | 1184 clics

« Créer une image, illustrer l’amour, la compassion et les soins » : telle est l’invitation et le thème de la deuxième édition du « Concours d’art bioéthique », lancé par la chaire de l’Unesco en bioéthique et droits de l’homme, instituée à l’université européenne de Rome.

Le concours prévoit trois catégories: artistes professionnels, photographes et pour la première fois, jeunes artistes (de 13 à 17 ans).

Pour réaliser leur œuvre, les participants devront s’inspirer d’un passage de la Déclaration universelle sur la bioéthique et les droits de l’homme de l’Unesco qui souligne « le respect pour toutes les cultures et religions » et « l’impact des sciences de la vie pour les générations présentes et futures ».

Ils ont jusqu’au 1er avril pour envoyer leurs réalisation et photos, à l’exception des jeunes qui ont jusqu’au 1er juillet pour les envoyer.

Les œuvres seront examinées par une commission internationale qui, à la fin du mois de septembre 2013, élira cinq œuvres finalistes dans chaque catégorie. Parmi celles-ci sera choisi le vainqueur de chaque catégorie et les 15 œuvres, en plus de recevoir une récompense financière, seront toutes exposées dans trois expositions : à New York, au siège de l’Onu, à la mi-octobre, à Hong Kong, durant le congrès Unesco sur « Multiculturalisme et religion » (3-5 décembre 2013) et, à Rome, entre les murs de l’Université Regina Apostolorum.

« Le but de cette initiative est de répandre la culture et le respect de la vie sous toutes ses formes », explique le professeur Alberto Garcia, directeur de la chaire Unesco en bioéthique et droits de l’homme, et membre de l’équipe des organisateurs.

« La nouveauté de cette année, c’est l’ouverture du concours aux jeunes générations auxquelles nous espérons transmettre de manière durable le sens de la valeur de la vie. L’art peut sensibiliser la société à certains thèmes de manière beaucoup plus efficace que des congrès ou des campagnes générales de sensibilisation », ajoute-t-il.

En 2011, les œuvres envoyées  étaient 215, par des artistes de 23 pays, dont 45 d’Italie. Parmi les italiens, le vainqueur Andrea Mariconti, avec son œuvre « Une république démocratique fondée sur le travail » à double technique.

Pour plus de renseignements et détails relatifs au concours, se connecter à la page internet : www.bioethicsart.org

Traduction d'Océane Le Gall