L'art de mettre en oeuvre un concile: l'exemple de Mgr de Solminihac

Et le courage d'évangéliser

Rome, (Zenit.org) Anita Bourdin | 999 clics

Le bienheureux Alain de Solminihac, évêque français (1593-1659), est inscrit ce 3 janvier au martyrologe romain, bien qu’il se soit éteint le 31 décembre 1659.

Cahors s'honore de l'avoir eu pour évêque, et les Chanoines de Saint-Augustin comme réformateur.

Jeune, il songea d'abord à réaliser sa vocation chez les Chevaliers de Malte. Mais il décida finalement d'entrer, à l'âge de 20 ans, chez les chanoines réguliers de Saint-Augustin à l'abbaye de Chancelade, près de Périgueux. En ruine, l’abbaye ne comptait plus que trois religieux. Il allait être à l’origine d’un authentique renouveau spirituel.

Et après son ordination sacerdotale, il partit pour Paris pour y achever ses études de théologie et de spiritualité. Il y rencontra à plusieurs reprises François de Sales, en 1619.

Et fit la grande retraite selon les Exercices spirituels d’Ignace de Loyola sous la direction du P. Antoine Le Gaudiery, un jésuite célèbre pour son tact de conseiller spirituel. Jusqu’à la mort, il sera fidèle aux résolutions prises alors.

En octobre 1622, il était de retour à Chancelade. En 1623, il devint abbé et il entreprit la restauration matérielle et spirituelle de l'Ordre, selon les orientations du concile de Trente.

Sa réputation de sainteté poussa le pape urbain VIII à le choisir comme évêque de Cahors. A l'instar de Charles Borromée à Milan, qu’il admirait, il décida de donner à son diocèse le visage et la vitalité souhaités par le Concile.

Son épiscopat, de vingt-deux ans, fut marqué une activité intense: convocation d'un synode diocésain, conseil épiscopal hebdomadaire, visite systématique des 800 paroisses du diocèse - il reverra chacune à neuf reprises -, création d'un séminaire qu'il confia aux lazaristes, multiplication des missions paroissiales, développement du culte eucharistique, promotion et fondation d'œuvres caritatives pour les personnes âgées, les orphelins, et les malades, en particulier les victimes de la peste. Et il prêcha lui-même le Jubilé de 1656.

Lors de sa béatification, le 4 octobre 1981, le bienheureux Jean-Paul II l’a donné comme modèle aux évêques du monde entier en disant: « La figure admirable d’Alain de Solminihac mérite pleinement d’être mise en lumière par l’Eglise qu’il a servie si ardemment. Puissent les évêques de France et de tous les autres pays trouver dans la vie du bienheureux Alain de Solminihac le courage d’accomplir sans peur leur fonction d’évangélisateurs dans le monde contemporain ! »