L'attitude corporelle participe à la prière

Catéchèse de Benoît XVI le 8 août 2012

| 2077 clics

Anne Kurian

ROME, lundi 20 août 2012 (ZENIT.org) – Dans la prière, l’attitude corporelle et l’attitude spirituelle sont « intimement liées », le corps favorisant aussi « le recueillement et la ferveur », affirme Benoît XVI.

Benoît XVI a poursuivi sa catéchèse sur la prière, lors de l'audience générale du 8 août 2012, à Castelgandolfo, s’inspirant cette fois de l’enseignement de saint Dominique de Guzmán, fondateur des Dominicains, dont c'était la fête (cf. Zenit du 17 août 2012 pour le texte intégral).

Saint Dominique est « un exemple d’intégration harmonieuse entre contemplation des mystères divins et activité apostolique », estime le pape. Saint Dominique n’a pas laissé d’écrits sur la prière, mais la tradition dominicaine a transmis son expérience pratique dans l’ouvrage : « Les neuf manières de prier de saint Dominique » écrit au XIIIe siècle.

Lien entre attitude corporelle et spirituelle

Pour Benoît XVI, saint Dominique « aide à apprendre quelque chose sur la manière de prier » : il rappelle « l’importance des attitudes extérieures dans notre prière ».

En effet « se mettre à genoux, se tenir debout devant le Seigneur, fixer son regard sur le crucifix, s’arrêter et se recueillir en silence, ne sont pas des attitudes secondaires », souligne le pape, au contraire elles contribuent à mettre l’homme « intérieurement, par toute sa personne, en relation avec Dieu ».

L’attitude adoptée dans la prière exprime à la fois « une attitude corporelle et une attitude spirituelle qui, intimement liées, favorisent le recueillement et la ferveur », ajoute Benoît XVI.

Ces attitudes sont d’autant plus importantes qu’« à l’origine du témoignage de la foi que tout chrétien doit donner dans sa famille, au travail, dans son engagement social, et aussi dans les moments de détente, il y a la prière, le contact personnel avec Dieu ».

C’est « ce rapport réel avec Dieu » qui donne « la force de vivre intensément chaque événement, en particulier les moments plus douloureux », rappelle le pape.

Les 9 manières de prier

Les sept premiers modes de prière enseignés par saint Dominique « suivent une ligne ascendante, comme des pas sur un chemin, vers la communion avec Dieu, avec la Trinité », commente Benoît XVI : il s’agit de prier « debout, incliné pour exprimer l’humilité, étendu par terre pour demander pardon pour ses péchés, à genoux en signe de pénitence pour participer aux souffrances du Seigneur, les bras ouverts, en fixant le crucifix pour contempler l’Amour suprême, le regard levé vers le ciel en se sentant attiré dans le monde de Dieu ».

Dans ces modes de prière, l’homme adopte trois positions : « debout, à genoux, étendu par terre », mais il garde « toujours le regard tourné vers le Seigneur crucifié », précise le pape.

Le 8e mode est « la méditation personnelle », où la prière acquiert une dimension « plus intime, fervente ». Elle consiste en « se recueillir en soi-même dans une attitude d’écoute, lisant un livre ou fixant le crucifix », poursuit le pape.

Enfin, ajoute-t-il, le 9e mode de saint Dominique était la « prière pendant ses voyages » : il priait en « contemplant la beauté de la création » et était en « action de grâce envers Dieu pour tous ses dons, surtout pour sa plus grande merveille : la rédemption opérée par le Christ ».

Pour conclure, le pape exhorte à « trouver chaque jour des moments pour prier tranquillement », surtout « pendant les vacances ». « Laissons-nous guider davantage par l’Esprit-Saint pour approfondir notre communion avec Dieu et avec les autres », encourage-t-il en saluant les francophones.