L'éducation, un antidote contre l'exploitation de la religion par la politique

Le cardinal Scola à la rencontre sur « L'éducation entre foi et culture », au Liban

| 2328 clics

ROME, Mardi 22 juin 2010 (ZENIT.org) - L'éducation authentique est le vrai antidote contre l'exploitation de la religion à des fins politiques.

C'est ce qu'a affirmé le cardinal Angelo Scola, patriarche de Venise dans une interview à Radio Vatican. Dans cet entretien, le cardinal revient sur la conférence qu'il a donnée ce lundi, à Jounieh, près de Beyrouth, au Liban, où se tient la sixième rencontre de la Fondation internationale « Oasis », sur le thème : « L'éducation entre foi et culture ».

La Fondation Oasis a été instituée en 2004 par le cardinal lui-même, avec pour objectif de promouvoir la connaissance réciproque entre chrétiens et musulmans.

« L'éducation - l'éducation authentique - est le vrai antidote contre le risque que la politique, l'idéologie politique devienne un parasite de la religion », a affirmé le cardinal Scola.

« Nous avons parlé l'an dernier de la 'tradition' et nous avons vu que la tradition reste lettre morte si elle ne passe pas à travers une proposition éducative qui consente à chaque génération d'assimiler la tradition, en l'ouvrant aux nouveautés indispensables », a-t-il expliqué au micro de Radio Vatican.

Le cardinal a cité le système scolaire libanais en disant que « le problème du dialogue, de l'intégration, non seulement entre chrétiens et musulmans mais aussi avec les druzes » existe dans ce système et que « les communautés chrétiennes elles-mêmes sont confrontées à une grande diversité de rites ».

Il a expliqué que la confrontation entre différentes écoles a permis de mettre en évidence « des points très intéressants pour affronter le problème de la coexistence pacifique entre les musulmans et les chrétiens, entre les occidentaux et les orientaux, aussi en ce moment extrêmement délicat ».

Le cardinal a expliqué qu'au Liban « où il y a de nombreuses universités et un système d'écoles parfois très avancé, que ce soit des écoles libres ou d'Etat, il y a école et école, d'où sont issus aussi bien les militants violents que les hommes de paix ».

Selon lui, le rôle de l'école est plus décisif que jamais. « Il y a des hommes, pas seulement du point de vue chrétien mais aussi musulman - pour citer les deux grandes religions - qui sont bien conscients des problèmes difficiles qui existent. Nous revenons toujours au même point : il ne faut pas laisser l'idéologie devenir un parasite de la religion. La religion tombe dans le fondamentalisme quand on ne voit pas clairement le lien entre la vérité et la liberté et cela se produit quand l'idéologie politique devient un parasite de la religion, utilise la religion pour son propre projet. Et l'éducation - l'éducation authentique - est le vrai antidote contre ce risque, contre le risque que la politique, l'idéologie politique devienne un parasite de la religion », a-t-il affirmé.

Gisèle Plantec