L’Eglise a quelque chose à apprendre des blogueurs, estime Mgr Celli

Il évoque la première rencontre des blogueurs au Vatican

| 1594 clics

ROME, Lundi 9 mai 2011 (ZENIT.org) - « L'Eglise a quelque chose à apprendre des blogueurs », à commencer « par leur manière de s'exprimer, librement et dans un langage actuel ».

C'est ce qu'a affirmé Mgr Claudio Maria Celli, président du Conseil pontifical pour les communications sociales, dans une interview à L'Osservatore Romano, après la première rencontre des blogueurs qui s'est déroulée au Vatican, le 2 mai dernier.

« Nous ressentons encore les difficultés d'un certain type de langage ecclésial que les nouvelles générations ont souvent du mal à comprendre », a-t-il ajouté. « Les blogs sont des espaces d'authenticité et en même temps de provocation. Ils nous aident à grandir, à regarder autour de nous et à comprendre que pour être écoutés, nous devons utiliser des langages compréhensibles ».

Durant cette rencontre au Vatican, « j'ai vu l'avenir déjà présent » a encore ajouté Mgr Celli en évoquant « l'importance » des blogs et « leur valeur dans le domaine social et culturel ».

Le président du dicastère romain a aussi estimé que « c'est un domaine où chacun peut faire valoir ses idées, son témoignage personnel », en mettant en valeur « l'interactivité » et la « dimension d'ouverture » des blogs.

Il a aussi évoqué l'importance des blogs pour l'évangélisation. « S'il est vrai que tout disciple du Christ est appelé à témoigner dans son propre environnement, à être ferment, la dynamique des blogs favorise cette mission d'évangélisation ». « C'est un environnement où le chrétien peut être présent par sa sensibilité, ses valeurs, ses évaluations, exprimant à cœur ouvert ce qu'il expérimente », a-t-il ajouté.

Pour les chrétiens qui ressentent le « désir d'annoncer et de partager leur foi », le blog est « un nouveau lieu d'expression, vraiment illimité ».

Mgr Celli a enfin évoqué la possibilité de nouvelles rencontres avec les blogueurs, « mais nous devrons trouver une autre formule et je pense que les blogueurs eux-mêmes pourraient nous aider à identifier ce qui les intéresse ».

Marine Soreau