L’Eglise a sa place dans les débats sur l’éthique médicale

Mgr Podvin dénonce la tribune injuste de Marc Peschanski et Cécile Martinat

| 1680 clics

ROME, Vendredi 8 avril 2011 (ZENIT.org) - Dans un billet intitulé « Débattre oui, dénigrer non !!! », le porte-parole des évêques de France, Mgr Bernard Podvin, a dénoncé la tribune de Marc Peschanski et Cécile Martinat publiée par Le Monde du 6 avril dernier, dans laquelle ces chercheurs, spécialistes des cellules souches, mettent « injustement en cause la démarche rationnelle et éthique des catholiques » concernant les lois bioéthiques.

Mgr Podvin invite les fidèles à aller lire la réponse publiée par Le Monde et rédigée par Mgr Jérôme Beau, évêque auxiliaire de Paris et directeur du Collège des Bernardins et le P. Brice de Malherbe, co-directeur du département d'éthique médicale du Collège des Bernardins.

« L'Eglise catholique n'a pas ménagé sa participation au dialogue depuis deux ans concernant ces enjeux, avec une qualité reconnue par de nombreux politiques et scientifiques, bien au-delà de la sphère des croyants », rappelle Mgr Podvin.

« Il est inadmissible sous couvert de thèses à défendre d'en caricaturer d'autres en les reléguant dans la catégorie 'obscurantisme' ».

Le 31 mars dernier, à quelques jours de l'ouverture des débats sur les lois bioéthiques au sénat, le 5 avril, Marc Peschanski avait présenté le résultat de ses recherches sur la maladie de Steinert, une dystrophie musculaire. Il avait annoncé « une nouvelle première scientifique grâce aux cellules souches embryonnaires humaines ».

De nombreuses voix s'étaient immédiatement élevées pour dénoncer un procédé manipulateur visant à obtenir la levée du principe d'interdiction de recherche sur l'embryon. L'Alliance pour les droits de la Vie (ADV) avait notamment dénoncé dans cette pratique « un véritable rapt médiatique ainsi que la volonté d'instrumentaliser les parlementaires ».

Pour lire la réponse de Mgr Beau et du P. de Malherbe : http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/04/08/l-eglise-a-sa-place-dans-les-debats-sur-l-ethique-medicale_1504563_3232.html