L'Eglise catholique proche des travailleurs de la mer

XXIIIe Congrès mondial de l'Apostolat de la mer, audience de Benoît XVI

| 793 clics

Anne Kurian

ROME, vendredi 23 novembre 2012 (ZENIT.org) – Benoît XVI redit la « proximité de l’Eglise » aux travailleurs de la mer qui « cherchent des conditions de travail dignes et en sécurité, tout en sauvegardant la valeur de la famille, la protection de l’environnement et la défense de la dignité de chaque personne ».

Le pape s’est en effet tourné tout particulièrement vers les pêcheurs, lors de son audience aux participants du XXIIIe Congrès mondial de l’Apostolat de la mer sur le thème : "Nouvelle évangélisation dans le monde maritime. Nouveaux outils et instruments pour proclamer la Bonne Nouvelle", ce 23 novembre 2012 au Vatican (cf. Zenit du 8 novembre 2012) (Cf. Documents ci-dessous pour le texte intégral).

Proximité de l’Eglise pour les pêcheurs

Benoît XVI a adressé une « pensée particulière » à ceux « qui travaillent dans le secteur de la pêche et à leurs familles » : « plus que les autres, a-t-il dit, ils doivent faire face aux difficultés présentes et ils vivent l’incertitude du futur, marqué par les effets négatifs des bouleversements climatiques et de l’exploitation excessive des ressources ».

« A vous pêcheurs, qui cherchez des conditions de travail dignes et en sécurité, tout en sauvegardant la valeur de la famille, la protection de l’environnement et la défense de la dignité de chaque personne, je voudrais vous assurer de la proximité de l’Eglise », a-t-il poursuivi.

Le pape s’est arrêté également sur les « situations d’injustice » que subissent tous ceux qui travaillent dans le secteur maritime, telles les « restrictions pour descendre à terre » envers les équipages, la « menace de la piraterie maritime » ou encore les « préjudices de la pêche illégale ».

Pour Benoît XVI, la « vulnérabilité » des marins, pêcheur et navigateurs, doit rendre la « sollicitude » de l’Eglise « encore plus attentive », notamment à travers les personnes travaillant pour l’Apostolat de la mer, « dans les ports et sur les navires ».

L’apostolat entre les marins eux-mêmes

En ce sens, a fait observer le pape, les membres de l’Apostolat de la mer sont « en première ligne » pour exprimer cette sollicitude, mais aussi pour « l’évangélisation de tant d’hommes et de femmes de diverses nationalités » qui transitent dans les ports.

Il les a donc exhortés à être « des apôtres fidèles à la mission d’annoncer l’Evangile », à « manifester le visage empressé de l’Eglise qui accueille et se fait proche de cette partie du Peuple de Dieu », à « répondre sans hésiter aux gens de la mer, qui attendent à bord pour combler les profondes nostalgies de leur âme et se sentir membres actifs de la communauté ».

Outre l’apostolat des diacres permanents et volontaires dans les Centres "Stella maris", Benoît XVI a parlé d’un apostolat entre « les gens de la mer eux-mêmes » : il a constaté à ce sujet « une attention croissante pour soutenir les autres membres de l’équipage », des encouragements mutuels pour « retrouver et intensifier la relation avec Dieu durant les longues traversées océaniques », et enfin un soutien « dans les situations de danger », avec « un esprit de charité ».

Le monde maritime, véhicule d’évangélisation

Le pape a également souligné que « depuis l’aube du christianisme, le monde maritime a été un véhicule efficace d’évangélisation ».

C’est en effet grâce à la navigation que « les apôtres et les disciples de Jésus ont eu la possibilité d’aller dans le monde entier et d’annoncer l’Evangile à toutes créatures », a-t-il rappelé.

Evoquant les thèmes abordés lors du congrès, comme « l’annonce de l’Evangile à un nombre croissant de marins appartenant aux Eglises orientales, l’assistance à ceux qui ne sont pas chrétiens ou pas croyants, la recherche d’une collaboration œcuménique et interreligieuse toujours plus solide », Benoît XVI a invité à aborder toutes les questions « à la lumière d’une vision intégrale de l’homme ».