L’Eglise, contraire à la peine de mort, rappelle le card. Martino

La défense de la vie à chacun de ses stades

| 688 clics

ROME, Lundi 1er janvier 2007 (ZENIT.org) – Le président du conseil pontifical Justice et Paix, le cardinal Renato Raffaele Martino, rappelle la position de l’Eglise catholique, contraire à la peine de mort.



Le cardinal Martino a confié au micro de Radio Vatican : « J’avais espéré ces derniers jours qu’il soit jugé opportun de ne pas mettre à exécution la peine capitale pour Saddam Hussein. J’espère et je prie pour que ce dernier acte ne contribue pas à aggraver la situation déjà critique en Irak, un pays déjà tellement éprouvé par de si nombreuses divisions et des luttes fratricides ».

Le cardinal Martino a expliqué que la peine de mort, comme l’enseigne l’encyclique de Jean-Paul II, « Evangelium vitae », doit être évitée « même si on la considère seulement comme un moyen de ‘légitime défense’ de la société, en raison des possibilités dont dispose une société moderne de réprimer efficacement le crime de sorte que, tout en rendant inoffensif celui qui l'a commis, on ne lui ôte pas définitivement la possibilité de se racheter » (N.27).

Il expliquait : « La position de l’Eglise sur le don de la vie est bien connue, selon laquelle l’homme ne dispose pas complètement de la vie, qui doit être défendue depuis le moment de sa conception jusqu’à sa fin naturelle. Une telle position exclut par conséquent l’avortement, aussi bien que l’expérimentation sur les embryons, l’euthanasie, et la peine de mort, qui sont une négation de la dignité transcendante de la personne humaine créée à l’image et à la ressemblance de Dieu ».