L’Eglise de Rép. tchèque veut être vraiment libre, affirme le card. Vlk

| 1960 clics

ROME, Lundi 21 Septembre 2009 (ZENIT.org) - A quelques jours du voyage que Benoît XVI accomplira en République tchèque, du 26 au 28 septembre, le cardinal Miloslav Vlk, archevêque de Prague, a décrit le visage de l'Eglise dans son pays, 20 ans après la chute du communisme.

Dans une interview accordée à Radio Vatican le 20 septembre, le cardinal a évoqué l'ouverture, après la chute du communisme, d'un « très grand espace de liberté (...) pour la pastorale et les autres activités de l'Eglise ». Malgré tout, « la question de la restitution des biens de l'Eglise n'a pas encore été résolue : les hommes politiques ne veulent pas résoudre ces questions et nous sommes donc toujours dépendants de l'Etat pour les salaires des prêtres ».

« Nous voulons être vraiment libres, même dans cet environnement. Nous dialoguons avec l'Etat, mais les différents gouvernements qui se sont succédé ces dernières années n'ont jamais été disponibles pour affronter ce problème », a-t-il regretté.

« Durant le communisme, qui a duré 40 ans, toute l'activité de l'Eglise était contrôlée : seuls les prêtres avaient la permission de mener des activités ecclésiales », a poursuivi le haut prélat. Les laïcs « ne pouvaient pas collaborer avec les prêtres dans les activités apostoliques et pastorales : c'était interdit », a-t-il souligné. Ainsi, après la chute du communisme, « il était nécessaire de relancer la participation des laïcs à l'activité pastorale de l'Eglise ».

A ses yeux, la « société sécularisée » en République tchèque a aujourd'hui un besoin, de façon urgente, « d'un témoignage plus incisif de l'Evangile : nous devons apporter ce témoignage chrétien dans la société qui nous entoure ».

Le cardinal a aussi évoqué la joie des « conversions » : il y a actuellement « beaucoup de catéchumènes », a-t-il expliqué.

Evoquant enfin le 13e voyage apostolique de Benoît XVI, il a affirmé : « Nous sommes un petit peuple, un petit Etat dans le cœur de l'Europe, et pour nous c'est une grâce, une vraie bénédiction ». « Nous attendons de cette visite un renforcement dans la foi ».