L'Eglise déterminée à « faire justice » et « se renouveler »

Par le P. Federico Lombardi

| 1161 clics

ROME, lundi 6 février 2012 (ZENIT.org) –  L'Eglise entend « faire justice, se renouveler, se montrer capable d'aider la société et le monde », déclare le P. Federico Lombardi, sj, au Centre de Télévision du Vatican (CTV).

Le directeur du CTV revient cette semaine sur les deux sujets qui retiennent l’attention de l’opinion publique : la question des abus sexuels sur mineurs et la transparence économique et financière.

« L’Eglise entend faire justice, se renouveler se montrer capable d’aider la société et le monde, où les abus sexuels déferlent, à combattre ce fléau de manière efficace », assure le responsable des media du Vatican, à la veille de l’ouverture, ce lundi 6 février, d’un colloque sur les abus sexuels commis par des membres du clergé, organisé du 6 au 9 février à l’Université pontificale grégorienne (PUG).

Le congrès, s'intitule « vers la guérison et le renouveau » (cf. Zenit des 2 et 3 février 2012). De représentants de plus de 100 Conférences épiscopales et de 30 congrégations religieuses y participent. Il doit aider l’Eglise à « garantir aux enfants la meilleure protection possible », explique-t-il. Pour lui, ce congrès et le lancement d’un Centre international à cette occasion, sont la preuve de cette « volonté de renouveau».

Il est urgent, dit-il, que l’Eglise, en s’inspirant des critères de vérité et de rigueur morale, montre qu’elle est bien décidée à « donner un témoignage cohérent des valeurs qu’elle annonce ».

Il rappelle la ligne tracée par le pape et l’engagement des Eglises locales, « durement éprouvées par le scandale », et qui ont lancé une série d’initiatives dans les domaines de l'écoute des victimes, de leur soutien, de l'étude des causes, de la prise de conscience et de la prévention.

Dans le deuxième domaine, la transparence économique et financière, le Saint-Siège « s’efforce de faire entrer ses institutions dans le système international de contrôle des activités économiques pour la lutte contre le blanchiment, la criminalité organisée et le terrorisme », assure-t-il.

Il annonce « une série de nouvelles normes permettra de garantir, de manière de plus en plus efficace que les activités exercées au service de l’Eglise seront absolument transparentes et sûres ». Il conclut : « La route et longue et difficile, mais le chemin à suivre est clair et la volonté d’y arriver est sûre ».

Isabelle Cousturié