L'Eglise en Amérique : la force transformante de la rencontre avec le Christ

Congrès sur l'exhortation apostolique de Jean-Paul II

| 1040 clics

Anne Kurian

ROME, lundi 10 décembre 2012 (Zenit.org) – Pour Benoît XVI, la rencontre avec le Christ est « la force décisive qui va transformer le continent américain » car elle « donne lieu à des façons d'agir fondées sur l'amour et la vérité ».

Le congrès international « Sur les traces de l’exhortation apostolique post-synodale “Ecclesia in America”, sous la conduite de Notre Dame de Guadalupe, Mère de toute l’Amérique, étoile de la nouvelle évangélisation », a été inauguré hier, dimanche 9 décembre 2012, par une célébration en la basilique Saint-Pierre au Vatican (cf. Zenit du 5 décembre 2012).

Benoît XVI est descendu dans la basilique à la fin de la célébration, afin de rencontrer les participants de cet évènement que le cardinal Marc Ouellet, P.S.S., président de la Commission pontificale pour l’Amérique latine, a qualifié d’ « un des plus grands évènements de l’Année de la foi » (cf. Documents pour le texte intégral de l'homélie). La rencontre est promue par la Commission pontificale pour l’Amérique latine et par les Chevaliers de Colomb.

Le plus grand service à offrir

Benoît XVI a confié que le continent américain était très « présent dans la prière du pape ». Evoquant avec préoccupation les « situations douloureuses d’émigration, déracinement ou violence », et les « inégalités et la pauvreté », il s’est dit convaincu que « la lumière pour une solution adéquate ne peut venir que de la rencontre avec le Christ vivant ».

Cette rencontre avec le Christ, a-t-il poursuivi, est « la force décisive qui va transformer le continent américain » car elle « donne lieu à des façons d'agir fondées sur l'amour et la vérité ».

C’est pourquoi, a insisté le pape « il n'y a pas de travail plus gratifiant et bénéfique », « il n'y a pas de plus grand service que nous pouvons offrir à nos frères et sœurs » que celui de « nous consacrer sans réserve à l'annonce de son nom dans toute l'Amérique, pour le porter dans le cœur de tous ses habitants », qui « ont soif de Dieu ».

Il s’agit d’ « offrir une réponse aux aspirations et aux questions les plus profondes du cœur humain ».

Ce que l’Eglise attend de l’Eglise en Amérique

Benoît XVI a donc exhorté à « prendre cet engagement avec conviction et dévouement joyeux », encourageant les prêtres, les diacres, les hommes et femmes consacrées à « purifier et renforcer leur vie intérieure dans une relation sincère avec le Seigneur et une réception digne et fréquente des sacrements ».

Il a également invité les baptisés à suivre « une formation doctrinale continue », marquée par la « fidélité à la Parole de Dieu et au Magistère de l'Eglise » : « l’amour du Seigneur Jésus et la puissance de sa grâce doivent être toujours plus enracinés dans le cœur des personnes, des familles, et des communautés chrétiennes », a-t-il ajouté.

Le témoignage de foi sera « plus éloquent », a-t-il souligné, et cet « esprit missionnaire renouvelé » correspondra « à ce que l'Église universelle attend de la part de l'Église en Amérique ».

Le bienheureux Jean-Paul II avait proposé d’approfondir les relations de coopération entre les Eglises particulières de toute l’Amérique, afin de « susciter une meilleure solidarité entre ses nations », a rappelé Benoît XVI par ailleurs, invitant à suivre cet appel.

Le pape a en outre fait observer que « l’éducation et la promotion d’une culture de vie est une urgence fondamentale face à la diffusion d’une mentalité qui porte atteinte à la dignité de la personne et qui ne favorise ni ne protège l’institution matrimoniale et familiale ».