"L'Eglise en Chine est dans mon coeur"

Le pape François baise l'anneau épiscopal du card. Tong Hon

Rome, (Zenit.org) | 1127 clics

Au cardinal Tong, qui était le seul cardinal chinois électeur du conclave, le pape François a dit combien « l’Eglise en Chine était présente en [son] cœur », rapporte "Eglises d'Asie" (EDA), l'agence des missions étrangères de Paris, dans une dépêche du 9 avril 2013.

Le cardinal John Tong Hon, archevêque de Hongkong, a donné le récit des trois brèves rencontres qu’il a eues à Rome avec le pape François nouvellement élu, au cours de la messe de l’Annonciation, le 8 avril dernier.

Les premiers mots entre le cardinal et le pape François ont été échangés le 13 mars dans la chapelle Sixtine, lors des hommages des cardinaux au pape qui venait d’être élu. Le cardinal Tong a remis au pape une petite statue en bronze de Notre-Dame de Sheshan (Notre-Dame de Chine) : « Les catholiques en Chine vous aiment et prieront pour vous. Nous vous demandons aussi votre amour pour tous les catholiques chinois ; s’il vous plaît, priez pour nous. », a-t-il dit au pape, qui a répondu en souriant : « Les catholiques chinois ont rendu de grands témoignages à l’Eglise universelle. »

En rapportant cet échange lors de son homélie du 8 avril, le cardinal a fait part de l’émotion qui l’avait alors saisi : « A ma grande surprise, il a pris ma main droite et embrassé mon anneau épiscopal pour témoigner de son amour et de sa dévotion envers l’Eglise en Chine ; un geste qui m’a profondément touché ».

Le pape a déjà eu ce geste particulier également envers le cardinal Jean-Baptiste Pham Minh Mân, archevêque de Saigon : par deux fois (le 13 et le 15 mars), après son élection, il s’est incliné pour baiser son anneau épiscopal (cf. Zenit du 25 mars 2013).

Deux jours plus tard, raconte encore le cardinal, alors qu’il se dirigeait tôt dans la matinée du 15 mars, vers la chapelle de la Maison Sainte-Marthe au Vatican où il était hébergé avec tous ses condisciples, il s’était trouvé au même moment que le nouveau pape dans l’ascenseur. Nouvel échange : « Le pape François m’a à nouveau remercié pour la statuette et m’a précisé qu’il l’avait mise dans sa chambre car elle lui rappelait le jésuite saint François-Xavier, arrivé [aux portes] de la Chine il y a plus de 460 ans. Il m’a aussi dit qu’il n’oubliait jamais de prier pour les catholiques de Chine. »

Lors de la messe célébrée ce jour-là en présence des cardinaux, vers la fin de son homélie, le pape avait publiquement – « et de manière totalement inattendue » – remercié le cardinal pour la statue de la Vierge.

Enfin, troisième et dernier temps de ces brefs échanges, le 20 mars, au lendemain de la messe d’installation du nouveau pape, le cardinal Tong vint faire ses adieux au nouvel évêque de Rome, devant repartir pour Hongkong. Le remerciant à nouveau, le cardinal Tong eut la surprise de voir le pape François lui saisir la main droite et baiser de nouveau son anneau épiscopal. En italien, le pape lui dit alors les mots suivants : « La Chiesa in Cina è nel moi cuore. » (‘L’Eglise en Chine est dans mon cœur.’)

Dans son homélie de ce 8 avril, rappelant le souci pastoral qu’avaient eu les papes Jean Paul II et Benoît XVI pour l’Eglise en Chine, Mgr Tong a tenu à réaffirmer que la communauté catholique à Hongkong serait toujours prête à mener la mission qui lui avait été confiée en tant qu’« Eglise-pont » entre les catholiques en Chine et l’Eglise universelle.