L'Eglise, forte et sereine

A la suite des apôtres Pierre et Paul, par Benoît XVI

| 1218 clics

Anne Kurian

ROME, vendredi 29 juin 2012 (ZENIT.org) – A la suite des apôtres Pierre et Paul, fêtés ce 29 juin, l’Eglise est « forte et sereine » dans la « fidélité au Christ » et dans « l’annonce de son Evangile aux hommes de tout temps », affirme Benoît XVI.

Le pape a présidé la prière mariale de l’angélus, à midi, ce vendredi 29 juin 2012, sur la place Saint-Pierre, en présence de milliers de personnes du monde entier.

Il venait de célébrer la messe dans la basilique Saint-Pierre, durant laquelle il a remis le pallium à 44 archevêques métropolitains.

Parmi eux, trois Canadiens et un Français : Mgr Christian Lépine, archevêque de Montréal, Mgr Luc Cyr, archevêque de Sherbrooke, Mgr Paul-André Durocher, archevêque de Gatineau et Mgr Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers.

Une délégation du patriarcat œcuménique de Constantinople était également présente (cf Zenit du 28 juin 2012).

Forte et sereine

Si Rome, rappelle Benoît XVI, « porte inscrits dans son histoire les signes de la vie et de la mort glorieuse de l’humble pêcheur de Galilée et de l’Apôtre des Gentils » – saints patrons de la ville – cependant saint Pierre et saint Paul « brillent non seulement dans le ciel de Rome, mais aussi dans le cœur de tous les croyants ».

Eclairés « par leur enseignement et par leur exemple », ajoute-t-il, les croyants du monde entier « cheminent sur le chemin de la foi, de l’espérance et de la charité ».

Dans ce chemin de salut, estime le pape, l’Eglise est encouragée à « poursuivre, forte et sereine » sur le chemin de la « fidélité au Christ » et de « l’annonce de son Evangile aux hommes de chaque temps ».

Pleine unité

Le pape met l’accent sur l’unité de l’Eglise, adressant « une pensée particulière à la délégation du Patriarcat de Constantinople » présente, et appelant de ses vœux « l’objectif de la pleine unité ».

En ce sens, il invite à prier avec les paroles de la Liturgie orientale: «Louange à Pierre et à Paul, ces deux grandes lumières de l’Eglise; ils brillent dans le firmament de la foi».

Le martyre des saints Pierre et Paul est « signe d’unité d l’Eglise », souligne-t-il. D'ailleurs, Pierre et Paul ont travaillé, « chacun à sa façon selon la grâce reçue, pour rassembler l’unique famille du Christ », rappelle-t-il.

Le pallium remis aux archevêques, explique-t-il également, est un « double trésor de sainteté », qui fonde à la fois « l’unité et la catholicité de l’Eglise ».

La remise du pallium aux archevêques métropolitains, poursuit le pape, « met en relief l’intime communion des Pasteurs avec le successeur de Pierre » et le « lien profond qui nous lie à la tradition apostolique ».