L’Eglise ne vit pas d’elle-même mais de l’Evangile, souligne le pape

Il rappelle l’une des plus importantes contributions du Concile Vatican II

| 1468 clics

ROME, Dimanche 6 novembre 2005 (ZENIT.org) – Le pape Benoît XVI a expliqué ce dimanche que l’impulsion donnée à la revalorisation de la Parole de Dieu constitue l’un des fruits les plus importants du Concile Vatican II.



« L’Eglise ne vit pas d’elle-même mais de l’Evangile et tire toujours de ce même Evangile l’orientation pour son chemin », a déclaré le pape ce dimanche, avant la prière de l’Angélus.

Plusieurs milliers de pèlerins ont défié la pluie battante de matin pour assister à la traditionnelle prière dominicale, place saint Pierre, en présence du pape qui est apparu comme de coutume à la fenêtre de son bureau.

Benoît XVI a poursuivi la série d’interventions sur les documents du Concile Vatican II, commencée le 30 octobre, pour préparer la célébration du 40ème anniversaire de la clôture du Concile, qui aura lieu le 8 décembre, en la fête de l’Immaculée Conception.

Ce dimanche, le pape a évoqué la constitution « Dei Verbum », sur la Révélation, « l’un des piliers de tout l’édifice conciliaire ».

Ce document, a-t-il déclaré, « a fortement relancé la valorisation de la Parole de Dieu, ce qui a entraîné un profond renouveau de la vie de la Communauté ecclésiale, surtout dans la prédication, la catéchèse, la théologie, la spiritualité et les relations œcuméniques ».

« C’est en effet la Parole de Dieu qui, par l’action de l’Esprit Saint guide les croyants vers la plénitude de la vérité », a-t-il ajouté.

« Recueillant les fruits du renouveau théologique précédent, Vatican II met le Christ au centre, en le présentant comme « médiateur et plénitude de la révélation tout entière » », a expliqué le pape.

« Le Seigneur Jésus, Verbe fait chair, mort et ressuscité, a porté à son accomplissement l’œuvre de salut, faite de gestes et de paroles, et a manifesté pleinement le visage et la volonté de Dieu, si bien que jusqu’à son retour glorieux il ne faut attendre aucune nouvelle révélation publique » a déclaré Benoît XVI.

Le pape a conclu en évoquant l’une des images les plus célèbres de l’art italien, celle de l’Annonciation.

La Vierge est représentée en train de méditer « attentivement les Saintes Ecritures, représentées généralement par un livre que Marie tient dans la main, sur les genoux ou placé sur un pupitre ».

C’est aussi l’image que le pape propose pour l’Eglise, et que donne le Concile : une attitude « d’écoute religieuse ».

Benoît XVI a conclu son intervention, en citant à nouveau « Dei Verbum », demandant que « l’Eglise soit une servante docile de la Parole divine et la proclame toujours avec une confiance ferme, afin que « le monde entier croie en écoutant, espère en croyant, aime en espérant ».