L'Eglise recherche le vrai bien de chacun et de tous

Editorial du P. Lombardi

Rome, (Zenit.org) | 1013 clics

« L’Eglise recherche, au nom de la vérité, non pas de faire prévaloir un intérêt qui lui est propre ou une vision particulière, mais le vrai bien de chacun et de tous », explique le P. Lombardi.

Le P. Federico Lombardi, s.j., directeur de la salle de presse du Saint-Siège, a en effet proposé cette réflexion dans son éditorial hebdomadaire pour le Centre de télévision du Vatican, à partir de la fête de l’Epiphanie et du « courage » des Mages.

Il a cité cette phrase de Benoît XVI « dans son homélie de l’Epiphanie, en réfléchissant au courage des mages »: « La recherche de la vérité était pour eux plus importante que la dérision du monde, apparemment intelligent ».

Il rappelle que le pape a conféré l’ordination épiscopale à quatre évêques au cours de cette célébration : « Il appliquait cette réflexion à la mission des nouveaux évêques qui, aujourd’hui, doivent souvent aller à contre-courant car « l’humilité de la foi, du fait de croire ensemble avec la foi de l’Église de tous les temps, se trouvera à maintes reprises en conflit avec l’intelligence dominante ». Rien n’empêche d’élargir la portée de son discours ».

« Aussitôt après, a continué le P. Lombardi, le pape explique en effet que « l’agnosticisme aujourd’hui largement dominant a ses dogmes et est extrêmement intolérant à l’égard de tout ce qui le met en question ». Contredire les orientations dominantes demande « courage » et « vaillance », dit le pape. L’actualité de ces paroles n’a pas besoin de grands commentaires, vu la multiplicité des exemples possibles ».

Il insiste particulièrement sur le passage suivant : « Mais ce qu’ajoute le pape après cela est tout aussi important : « Cette vaillance ou ce courage ne consiste pas à frapper avec violence, à être agressif, mais à se laisser frapper et à tenir tête aux critères des opinions dominantes ».

Et de commenter : « Même si ces moyens concrets sont ceux que les divers membres  des communautés ecclésiales doivent utiliser pour chercher à chaque fois la meilleure manière de se situer et d’agir selon leurs tâches lors de situations précises, le pape donne à tous une leçon fondamentale d’esprit évangélique, prémices essentielle du témoignage chrétien. Il faut vraiment faire tout son possible pour que, par le geste et la parole,  il soit compris que ce que l’Eglise recherche, au nom de la vérité, n’est pas de faire prévaloir un intérêt qui lui est propre ou une vision particulière, mais le vrai bien de chacun et de tous. Car Dieu – et donc l’Eglise -, aime toutes ses créatures et Il veut que leur vie soit une vie remplie. Et ceci doit être annoncé sans peur. Le pape conclut: « La crainte de Dieu libère de la crainte des hommes. Elle rend libres ! ». »

Traduction d'Océane Le Gall