L’Egypte appelée à être une grande nation en Afrique, selon le card. Sandri

| 1319 clics

ROME, Mardi 15 février 2011 (ZENIT.org) - Après la chute de Hosni Moubarak, en Egypte, le cardinal Leonardo Sandri, préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales, a estimé que l'Egypte était appelée à être une « grande nation » en Afrique.

Dans une interview à Radio Vatican, il a souhaité que les autorités en charge du pays s'engagent désormais « à protéger et à défendre tous les habitants du pays, en particulier les chrétiens, contre l'insécurité, les attaques ou les persécutions qui peuvent être commises contre eux ».

Pour le cardinal Sandri, ces changements peuvent faire présager « une espérance pour le peuple et pour la nation ».

Il a notamment évoqué le sort de l'Eglise copte orthodoxe qui compte environ 8-10 millions de fidèles et de l'Eglise copte catholique qui représente environ 200-250 000 fidèles.

« Pour l'Eglise copte, orthodoxe comme catholique, ce tournant représente un moment de grande importance, puisqu'il permet aux coptes orthodoxes de pouvoir s'exprimer comme chrétiens et à nos coptes catholiques comme catholiques, dans l'espérance que tout cela mène à la tranquillité, à une vie commune, à la recherche du bien commun pour tous les Egyptiens, afin de pouvoir constituer une société qui soit digne de l'homme, plus juste et qui donne à tous l'opportunité de pouvoir participer à la vie publique », a-t-il affirmé.

Dans cette interview, il a souhaité que des « principes fondamentaux » soient mis en valeur dans la constitution comme « la dignité de l'homme et de la femme, la liberté de tous, une vie en commun dans le respect des autres et dans le respect de la loi ».

Interrogé sur le risque de voir l'Egypte devenir un nouvel Irak, le cardinal Sandri a estimé qu'il « ne serait pas souhaitable de répéter un nouvel Irak et donc une nouvelle situation qui mène ensuite à l'exode des chrétiens, à l'exode de ceux qui ne sont pas reconnus comme des citoyens égaux aux autres ».

« Dans le cas de l'Irak, cette insécurité a mené à cet exode, et à ces départs qui appauvrissent la nation. Le pays, sans les chrétiens, n'est plus le même », a-t-il estimé.

Avec force, il a souhaité que « cela n'arrive pas en Egypte ». « J'espère aussi que la sagesse des Egyptiens - qu'ils ont démontrée durant toutes les manifestations qui se sont déroulées de manière pacifique, dans lesquelles ils ont exprimé ce désir de changement - (...) permettra de construire une grande Egypte, comme cela a été le cas durant toute son histoire. L'Egypte est appelée à être une grande nation en Afrique, même dans son rapport avec ses voisins », a-t-il affirmé.

Le préfet de la Congrégation pour les Eglises orientales a enfin souhaité que les autorités en charge du pays pendant cette période de transition et à l'avenir « cherchent à protéger et à défendre tous les habitants du pays, en particulier les chrétiens, de l'insécurité, des attaques ou des persécutions qui peuvent être commises contre eux et qui se sont récemment manifestées dans les attaques, particulièrement contre l'Eglise copte d'Alexandrie ».

Marine Soreau