L’encyclique de Pie XI sur les « Exercices spirituels » a 75 ans

| 545 clics

CITE DU VATICAN, Jeudi 23 décembre 2004 (ZENIT.org) – L’encyclique de Pie XI « Mens nostra », sur les « Exercices spirituels », a 75 ans : elle a été publiée le 20 décembre 1929. Le pape instituait les exercices spirituels annuels au Vatican.



L’encyclique a été publiée à l’occasion du 50e anniversaire de sacerdoce du pape Ratti, disciple de saint Ignace de Loyola, que le même Pie XI avait proclamé « patron des exercices spirituels, le 25 juillet 1922, par la constitution apostolique « Summorum Pontificum ».

Le P. Edward Mercieca, jésuite, a expliqué au micro de Radio Vatican la signification de cette encyclique.

« Pour Pie XI, a-t-il indiqué, les « Exercices » sont une mémoire vivante de l’expérience de Dieu et en même temps, une aide dans la vie spirituelle et apostolique. Le pape désire et propose cet instrument efficace que sont les Exercices de saint Ignace, pour un chemin de croissance spirituelle et apostolique non seulement pour les évêques, les prêtres, les religieux, mais aussi les laïcs. Cette encyclique est un document qui a marqué fortement la pastorale de l’Eglise jusqu’à aujourd’hui ».

« Pour vivre aujourd’hui l’Evangile dans la vie quotidienne, le chrétien a besoin d’une expérience du Seigneur Jésus personnelle fondamentale, intériorisée. Seule une vie orientée par l’intériorité même de la personne peut dialoguer avec la culture actuelle, pluraliste, et diversifiée, et hélas, souvent hostile », a souligné le P. Mercieca.

Il poursuivait : « L’appel à la sainteté et l’apostolat dans le monde est universel pour tous les baptisés. Les chrétiens de l’avenir, disait le théologien allemand, Karl Rahner, seront ou des mystiques ou il ne seront pas chrétiens. Grâce à Dieu, aujourd’hui, de très nombreux laïcs cherchent à faire l’expérience du Seigneur Jésus, et leur choix de vocation grâce aux Exercices spirituels ».

A propos de la méthode spécifique de saint Ignace, le P. Mercieca ajoutait : « La dynamique de la méthode ignatienne, c’est-à-dire la préparation, la réalisation et la prise de conscience du passage de Dieu dans la personne au cours de sa prière est fondamentale. S’exercer c’est aussi apprendre à discerner les mouvements intérieurs, l’action de Dieu et l’action de l’esprit mauvais. C’est tout un chemin qui s’achève par la transformation de la vie même au service des autres ».